Les résultats de la présidentielle de décembre dernier se font toujours attendre. La Cour suprême a une nouvelle fois demandé à la…

La victoire d'Umaro Sissoco Embalo à la présidentielle bientôt confirmée ?

Guinée-Bissau : la Cour suprême rejette toute médiation de la Cédéao

Les résultats de la présidentielle de décembre dernier se font toujours attendre. La Cour suprême a une nouvelle fois demandé à la Commission électorale de procéder à la vérification du procès-verbal global. Une décision dans laquelle les juges affirment par ailleurs que toute tentative de médiation est malvenue, un camouflet pour la Cédéao.

À Bissau, la Cour suprême a demandé vendredi à la Commission électorale de se plier à sa décision de janvier dernier. Les juges redemandent donc à la commission de procéder à la vérification du procès-verbal global du second tour de la présidentielle du 29 décembre. 

Pour calmer les tensions institutionnelles, juridiques et politiques, la Cédéao est intervenue. Le bloc régional de l’Afrique de l’Ouest a commencé par envoyer une mission ministérielle à Bissau fin janvier puis s'est prononcée sur cette affaire au dernier sommet de l’Union africaine.

À Addis, les chefs d’État et de gouvernement ouest-africains a invité à la Cour suprême à « finaliser » ses travaux « afin de permettre la normalisation politique et institutionnelle ».

Le président de la Guinée, Alpha Condé, qui logeait au Sheraton d'Addis Abebas dans la suite voisine d'Umaro Sissoco Embalo affirmait à l'un de ses Conseillers ne plus ressentir d'aigreur à l'idée que celui qu'il nomma affectueusement pendant des années "son fils"', devienne de manière imminente son homologue. Voilà de quoi apaiser les relations avec la région ouest-africaine.

Umaro Sissoco Embalo

Vendredi, la Cour suprême a fait comprendre qu’il ne lui appartenait pas, à elle, de « finaliser » quoi que ce soit, mais plutôt à la Commission électorale. Dans son jugement, elle nomme explicitement la Cédéao et s'insurge contre « toute tentative de médiation, surtout politique ».

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction