Kwesi Nyantakyi, le président de la fédération de football ghanéenne a été arrêté ce mercredi à son arrivée au Ghana, où il fait l’objet d’accusations de fraude et corruption.

Ghana : le président de la fédération de football arrêté à son retour au pays

Ghana

Kwesi Nyantakyi, le président de la fédération de football ghanéenne a été arrêté ce mercredi à son arrivée au Ghana, où il fait l’objet d’accusations de fraude et corruption.

Les choses sont allées très vite pour le patron du football ghanéen. Mercredi, à son retour du Maroc où il séjournait pour des raisons professionnelles, Kwesi Nyantakyi a été cueilli à l’aéroport d’Accra par des policiers en civil, avant d‘être conduit au Département des enquêtes criminelles où une plainte a été déposée contre lui par le chef de l’Etat Nana Akufo-Addo.

Kwesi Nyantakyi a été placé en détention puis interrogé par les enquêteurs. Mais, selon la presse ghanéenne, il a été libéré sous caution en attendant la suite de cette affaire.

Mardi, le chef de l’Etat ghanéen a ordonné l’arrestation de ce membre influent du football africain, soupçonné de corruption. Le président Akufo-Addo a émis cette injonction après avoir visionné quelques extraits d’un documentaire d’investigation dans lequel Kwesi Nyantakyi garantit à des hommes d’affaires un accès au président et à d’autres hauts fonctionnaires en échange d’argent.

Un documentaire sobrement intitulé “Number 12” et signé du reporter ghanéen Anas Aremeyaw Anas, rendu célèbre par ses nombreuses révélations sur la corruption au sein de l’appareil d’Etat.

Président de la Fédération ghanéenne de football (GFA) depuis 2005, mais également vice-président de la Confédération africaine de football et membre du puissant Conseil de la FIFA, Kwesi Nyantakyi envisageait de briguer un autre mandat aux prochaines élections. Ni lui, encore moins la CAF et la FIFA n’ont commenté cette affaire qui bouleverse le football ghanéen.

Rédaction
Journaliste