Six ans après sa chute puis son incarcération à la cour pénale internationale, Laurent Gbagbo garde toujours une dent contre le France,…

La France voulait-elle se débarrasser de Laurent Gbagbo ?

Gbagbo : "Chirac et Sarkozy ont saboté ma présidence''

Six ans après sa chute puis son incarcération à la cour pénale internationale, Laurent Gbagbo garde toujours une dent contre le France, dans une interview accordée à Mediapart, il accuse l’ancienne métropole d’avoir saboté sa présidence. 

Pour l’ancien président ivoirien, la France est à l’origine de sa situation actuelle, mais aussi de son départ du pouvoir. Gbagbo pointe du doigt deux anciens chefs d‘État français : Jacques Chirac qui selon lui était de mèche avec les rebelles de 2002 puis Nicolas Sarkozy, qu’il présente comme l’artisan de la victoire d’Alassane Ouattara en 2011. Laurent Gbagbo dit avoir été puni parce qu’il avait acheté des armes à la Libye et à l’Angola. 

Le détenu de la Haye dénonce au passage le néocolonialisme français. Une attitude qui contrastait  avec l’indéperndance de celui qui affirme avoir dit à Jacques Chirac en 2006 qu’il n‘était pas un sous -prefet’‘.

L’ex-président ivoirien justifie son renversement par la volonté de Paris de porter Ouattara au pouvoir et permettre ainsi aux Français je cite, "d’avoir la mainmise sur son pays". Gbagbo se considère d’ailleurs comme un "otage" et non un prisonnier.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction