Jeudi 14 avril, alors que le président Yahya Jammeh était en déplacement en Turquie pour participer au sommet de l'Organisation de la…

Actualité

Gambie : manifestation pacifique pour une réforme politique

Jeudi 14 avril, alors que le président Yahya Jammeh était en déplacement en Turquie pour participer au sommet de l'Organisation de la conférence islamique, des citoyens ont manifesté pacifiquement à Serekunda, ville au sud de Banjul. Ils demandaient des réformes politiques, notamment en matière électorale, alors que l’élection présidentielle est prévue pour le mois de  décembre 2016. Yaya Jammeh, au pouvoir depuis plus de 21 ans, compte se porter candidat.

La manifestation pacifique intervenait une semaine après que le président de la République a nommé un nouveau chef à la tête de la Commission électorale indépendante, Alieu Momar Njie, ancien commissaire au sein de cette entité. Il est en charge d’organiser l’élection  présidentielle, qui doit avoir lieu le 1er décembre de cette année. Quelques mois plus tard, des élections legislatives doivent également se tenir dans le pays.

Un groupe de quelques dizaines de citoyens ont manifesté, arborant une banderole sur laquelle était écrit : « Nous avons besoin de véritables réformes électorales. » Les manifestants ont été violemment réprimés par la police. Plusieurs blessés et des arrestations ont été rapportés.

Le pays, dont plus de 28% de la population est pauvre, selon la Banque mondiale, est tenu d’une main de fer par le pouvoir. Et même si la Gambie est signataire de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, la situation des droits est régulièrement dénoncée. Ainsi en 2014 Amnesty international publiait un rapport accablant sur des cas d’arrestations, de torture et d’assassinats.

Rédaction
Journaliste