Gabon : nouveau rassemblement de l'opposition dispersé par la police

Nicolas Feuillate né en terre d'enchantement
Nicolas Feuillate né en terre d'enchantement
Nicolas Feuillate né en terre d'enchantement

 

Jean Ping a été interdit de sortir du Gabon

Gabon : nouveau rassemblement de l'opposition dispersé par la police

Environ 300 manifestants, partisans de l’opposant gabonais Jean Ping ont été dispersés par les forces de sécurité lundi à Libreville près du QG de l’opposant, alors qu’ils commençaient une marche vers l’aéroport.

Le ministère de l’Intérieur n‘était pas en mesure de préciser lundi soir s’il y avait eu des interpellations à la fin de cette journée de manifestation au cours de laquelle, Jean Ping – attendu des manifestants – aura été absent.

Plus tôt dans la journée, les forces de sécurité avaient barré l’entrée du lieu initial de rassemblement, le collège de Ntchorere en centre-ville.

"Initialement, nous devions aller jusqu’au Sénat lire une motion indiquant que le Gabon, comme le Kenya, aspire à un peu plus de démocratie", a indiqué Frédéric Massavala Maboumba, l’un des porte-parole la Coalition de la Nouvelle République (CNR) autour de Jean Ping.

Le 18 août, Jean Ping avait appelé les Gabonais à "se lever comme un seul homme". Neuf personnes ont été écrouées après avoir été interpellées en marge de manifestations non autorisées de soutien à l’opposant le 25 août.

Avec d’autres opposants, M. Ping a été interdit de sortir du territoire par les autorités qui dénoncent ses appels au "trouble à l’ordre public".

M. Ping conteste la réélection de son adversaire Ali Bongo Ondimba un an après l‘élection du 27 août 2016. 

Rédaction
Journaliste