A peine sorti de prison l’activiste Guy Marius Sagna reprend son combat contre le régime de Macky Sall. Il considère le 4 avril commémorant l’indépendance du Sénégal comme un gros poisson d’avril. Ni plus ni moins .

Un poisson d’avril selon l'activiste Guy Marius Sagna

Fête de l’indépendance du Sénégal

A peine sorti de prison l’activiste Guy Marius Sagna reprend son combat contre le régime de Macky Sall. Il considère le 4 avril commémorant l’indépendance du Sénégal comme un gros poisson d’avril. Ni plus ni moins 

Le responsable du Front pour une Révolution Anti-impérialiste Populaire et Panafricaniste (FRAPP)/France-dégage a renoué avec les sorties.

Selon Guy Marius SAGNA,  la commémoration de l’accession du Sénégal à la souveraineté  internationale « est le plus grand poisson d’avril ».  A l’en croire, « le plus grand mensonge qui fait le plus grand mal au Sénégal et aux Sénégalais est celui qui est répété tous les 4 avril depuis 61 ans ».
Pour l’activiste, « le Sénégal est un territoire d’Outre-Mer (TOM) »  où son président concourt à « manipuler les sentiments ethniques pour diviser le peuple sénégalais et déplacer son attention de l’impérialisme… »
 
« Macky SALL n’est pas un président mais un commercial de la France, de l’UE, des Etats-Unis, de la Turquie au lieu d’être le commercial du Sénégal et de l’Afrique. Un spectre hante l’impérialisme : le spectre de l’anti-impérialisme panafricain dont le vent  est de plus en plus fort au Sénégal, au Mali, au Bénin, au Burkina…Toutes les puissances du vieux monde, de la vieille Afrique, du vieux Sénégal, se sont unies en une Sainte alliance pour traquer ce spectre anti-impérialiste panafricain: Macky SALL, les dames de compagnies, l’armée française », écrit Guy Marius SAGNA.

Mamadou Mactar Sarr
JRI et correspondant - Sénégal