Depuis le récent entretien avec son homologue ivoirien Alassane Ouattara le 9 juillet, le président Macron s'attèle à sa prochaine réunion en comité restreint de défense sur le thème très sensible de la situation sécuritaire dans la bande sahélo-saharienne (BSS). La réunion se tiendra le 17 juillet prochain.

Le Drian, Parly, DGSE, Renseignement, et le Présdient Macron en mode "huis clos urgence Sahel"

Elysée : Conseil restreint de défense sur la situation dans la bande sahélo-saharienne (BSS)

Depuis le récent entretien avec son homologue ivoirien Alassane Ouattara le 9 juillet, le président Macron s'attèle à sa prochaine réunion en comité restreint de défense sur le thème très sensible de la situation sécuritaire dans la bande sahélo-saharienne (BSS). La réunion se tiendra le 17 juillet prochain.

En préparation de nouvelles opérations dans la zone Sahel, Emmanuel Macron réunira les ministres Florence Parly et Jean-Yves Le Drian ainsi que la Bernard Emié, directeur général de la sécurité extérieure (DGSE), et Pierre de Bousquet de Florian, coordinateur national au renseignement.

Sources : État-major des armées Droits : Ministère de la Défense

 

Fort de son succès, l'opération Barkhane pourrait être redéployée au nord du Burkina Faso. Du 20 mai au 2 juin, plusieurs opérations conjointes entre les militaires français de Barkhane et l'armée burkinabè avaient déjà été menés le long de la frontière nord. Pour rappel, l'opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014, conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, et Tchad. Elle regroupe environ 4 500 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.

Ce Conseil restreint de défense sera également l'occasion de traiter la question de l'équipement du G5 Sahel. L'Union européenne (UE) doit annoncer dans les prochains jours une enveloppe de 120 millions € au profit de la force sahélienne.

L'épuisement des troupes françaises (Task Force Sabre) se faisant sentir, la ministre de la Défense, Florence Parly demandait le 13 juin, aux pays de l'UE d'envoyer des forces spéciales pour agir de concert avec les militaires français.

 

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction