Depuis ce lundi 1er janvier, tout citoyen du monde est autorisé à entrer au Rwanda sans démarche administrative préalable. Comme l’avaient annoncé les services de l’immigration du pays en novembre, tous les citoyens du monde peuvent obtenir des visas à l’arrivée pour des séjours n’excédant pas les 30 jours.

Libre circulation

Effectivité de l'ouverture des frontières au Rwanda

Depuis ce lundi 1er janvier, tout citoyen du monde est autorisé à entrer au Rwanda sans démarche administrative préalable. Comme l’avaient annoncé les services de l’immigration du pays en novembre, tous les citoyens du monde peuvent obtenir des visas à l’arrivée pour des séjours n’excédant pas les 30 jours.

Quant au pays partenaires du Rwanda et ceux de la Comesa, le Marché commun de l’Afrique orientale et australe, les séjours de leurs citoyens peuvent aller jusqu‘à 90 jours, tandis que ceux de la Communauté est-africaine bénéficient de six mois. Toutefois, la délivrance de visa à l’arrivée n’exempte pas les voyageurs des frais afférents, fixés à 30 dollars.

"Au vu des accords bilatéraux, les ressortissants des pays suivants peuvent visiter le Rwanda sans visa pour une période allant jusqu‘à 90 jours : Bénin, République centrafricaine, Tchad, RDC, Ghana, Guinée, Indonésie, Haïti, Maurice, Philippines, Sénégal, Les Seychelles, Sao Tomé-et-Principe et Singapour", précise un communiqué à cet effet.

Ce nouveau régime de visa promu par le Rwanda se veut conforme à l’esprit de l’Union africaine qui encourage la libre circulation des personnes et des biens à travers le continent, a justifié le ministre rwandais des Affaires étrangères. C’est en outre une option pour la nation est-africaine de booster son tourisme et attirer les investisseurs sur son marché.

Plusieurs pays sont désormais engagés sur cette voie dans un contexte de compétitivité économique. C’est notamment le cas du Kenya, autre puissance de l’Afrique de l’Est, qui a annoncé en novembre la délivrance de visa à l’arrivée pour tous les Africains.

Rédaction
Journaliste