Le sénateur José Endundo n'est pas resté indifférent face à la tragédie nouvelle portée sur la mort du cardinal Laurent Monsengwo. Il a manifesté son plus grand regret lors d'une interview consacrée exclusivement en hommage à Laurent Monsengwo. 

Congo - Kinshasa

Décès du cardinal Monsengwo : José Endundo regrette la disparition d'un maître, ami et baobab pour le Congo

Le sénateur José Endundo n'est pas resté indifférent face à la tragédie nouvelle portée sur la mort du cardinal Laurent Monsengwo. Il a manifesté son plus grand regret lors d'une interview consacrée exclusivement en hommage à Laurent Monsengwo. 

D'entrée de jeu, José Endundo a fait une petite restitution des moments vécus ensemble avec le cardinal Monsengwo. Il révèle de jouer le rôle d'intermédiaire aussi d' émissaire d'abord entre le cardinal Laurent Monsengwo et le Président Mobutu. Ensuite entre le cardinal Monsengwo et le Président Joseph Kabila.

"j'ai eu moi même la chance ordinaire d'être porteur de message entre le Président Mobutu et lui même . Plusieurs fois on a eu des discussions comment appréhendé la situation vis-à-vis de la communauté internationale, particulièrement des certains pays occidentaux. J'ai eu à jouer le rôle d'intermédiaire entre le cardinal et le Président Kabila.", a dit le sénateur. 

Dans son témoignage, le sénateur José Endundo a soulevé le caractère nationaliste du cardinal Laurent Monsengwo. Sur ce, il a illustré l'attitude qu'avait manifesté le cardinal Laurent Monsengwo lors d'une rencontre tenue à l'ambassade de France. 

" Le cardinal était très fier de son pays et plusieurs fois nous avons eu l'occasion d'en débattre. Je me souviens une journée que nous avons eu avec ministre des affaires étrangères français, à l'ambassade de France. Et le cardinal a porté dans son examen de la situation, a porté un jugement qui était très négatif pour le régime et qui se rapprochait de la France. Et l'entretien fut chow. Mais ce qui comptait pour le cardinal, il m'a dit avant de quitter l'ambassade , c'était tout faire pour que le Congo soit libre. De ne pas accepter que le Congo soit dominé par les puissances étrangères, tout faire pour que la population congolaise puisse jouir des richesses de ce pays.", a-t-il dévoilé.

Pour rappel, Laurent Monsengwo Pasinya, archevêque émérite de Kinshasa, est mort dimanche 11 juillet à l’âge de 81 ans, en région parisienne où il venait d’arriver pour des soins. Ordonné évêque en 1980 des mains du pape Jean-Paul II, cette voix forte aura, toute sa vie, joué un rôle de premier plan dans la vie politique de son pays.

Beni Kinkela
Journaliste et correspondant en RDC