Au Congo-Brazzaville, depuis hier samedi, la route nationale 1 qui relie Pointe-Noire, la capitale économique, à Brazzaville, est mise en concession. Sa gestion est cédée à un consortium privé qui doit entretenir et rentabiliser cette voie construite à coup de milliards de FCFA grâce à un préfinancement chinois. Mais, les transporteurs, usagers et l’association des consommateurs pensent que cette mise en concession va vite provoquer l’augmentation des prix des transports et partant de là celle des produits de première nécessité.

Congo - Brazzaville

Congo-Brazzaville : inquiétude des usagers après la mise en concession de la N1

Au Congo-Brazzaville, depuis hier samedi, la route nationale 1 qui relie Pointe-Noire, la capitale économique, à Brazzaville, est mise en concession. Sa gestion est cédée à un consortium privé qui doit entretenir et rentabiliser cette voie construite à coup de milliards de FCFA grâce à un préfinancement chinois. Mais, les transporteurs, usagers et l’association des consommateurs pensent que cette mise en concession va vite provoquer l’augmentation des prix des transports et partant de là celle des produits de première nécessité.

Le geste symbolisant cette mise en concession prévue pour trente ans a été réalisé par le chef de l’Etat congolais Denis Sassou Nguesso qui a inauguré le poste de péage de Lifoula situé au poste kilométrique 40.

A bord de sa limousine fumée, il a montré l’exemple en payant son passage. Pour le gouvernement et la Congolaise des routes qui hérite de la gestion, cette privatisation va permettre de prolonger la durabilité et la disponibilité de la voie grâce à l’entretien et par ricochet de créer des emplois.

"L’objectif est de pérenniser la route à jamais. On l’a construite pour la vie, on l’a construite une fois pour toute. Et la solution pour la pérenniser c’est de passer par ce modèle de partenariat public-privé qu'est la concession", nous explique Jean-Jacques Bouya, ministre de l’Aménagement du territoire.

Cependant l’Association congolaise des droits des consommateurs est convaincue que les tarifs de franchissement des postes de péage sont déjà revus à la hausse pour les automobilistes. Ces tarifs vont de 1500 F pour les berlines à 40.000 F pour les poids lourds. C’est énorme et cela va lourdement peser sur le panier de la ménagère, prévient-elle.

Rédaction
Journaliste