Une manifestation a eu lieu à Kidal, ville du Nord-Est du Mali, lundi 18 avril dans la matinée contre les troupes onusiennes et françaises…

Colère à Kidal : au moins un mort

Actualité

Une manifestation a eu lieu à Kidal, ville du Nord-Est du Mali, lundi 18 avril dans la matinée contre les troupes onusiennes et françaises. Les manifestants, qui dénonçaient de récentes arrestations, se sont introduit sur la piste de l’aéroport. Les soldats auraient ouvert le feu, faisant au moins un mort et plusieurs blessés.

Dans un communiqué la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) rapporte que le groupe de manifestants était essentiellement composé de femmes, qui ont ensuite étaient rejointes par un groupe de jeunes « dénonçant des arrestations jugées arbitraires et abusives sur des individus dans la région ». Le texte fait mention de deux morts et de plusieurs blessés.

De son côté la MINUSMA, Mission des Nations unies pour la stabilisation au Mali,  rapporte que des manifestants se sont introduits par effraction sur la piste de l’aéroport, « zone d’accès restreint, saccageant et mettant le feu aux installations sécuritaires ».

Le texte précise que «  la piste d’atterrissage de Kidal est un élément essentiel pour l’approvisionnement de l’aide humanitaire, le soutien aux populations locales, ainsi que pour les opérations de la MINUSMA et des forces partenaires. »

Les informations sur les décès sont, quant à elle, en cours de vérification.

Cet événement illustre la tension croissante dans la région entre la population et les troupes étrangères. Il intervient suite à l’arrestation de Touaregs, arrêtés par les Français de l’opération Barkhane. Ils sont soupçonnés d’être complices des terroristes qui ont posés les mines, ayant tués trois militaires français, la semaine dernière.

Rédaction
Journaliste