Certaines luttes offrent une postérité à celles ou ceux qui les mènent en dépit des préjugés de leurs temps. à l’instar de Robert Badinter …

Christiane Taubira, l'engagée !

Portrait

Certaines luttes offrent une postérité à celles ou ceux qui les mènent en dépit des préjugés de leurs temps. à l’instar de Robert Badinter (peine de mort) ou Simone Veil (IVG), Christiane Taubira restera celle qui a dû affronter tout un pan de la société pour offrir aux homosexuels le droit de se marier. quoi de plus logique finalement pour cette femme pétrie de convictions dont la vie semble n’être qu’engagements ?

« Aimer, c’est agir ! » Cette simple (mais si puissante) maxime griffonnée par un certain Victor Hugo à l’article de la mort pourrait parfaitement résumer la vie publique de la gamine de la rue des Trois-Cases devenue garde des Sceaux. Christiane Taubira, on l’aime… ou pas. Difficile pour autant de ne pas respecter le personnage. Et pourtant…

 

« Monter, grimper…mais se hisser ? Oh ! Combien c’est difficile »

René Char

 

LA POLITIQUE AGACE. Indépendante et obstinée, l’Hémicycle résonne encore de ses discours tonnés sans notes dans un univers policé, pollué en fait, par l’ombre de mille communicants aux éléments de langage convenus. Une personnalité atypique qui a fait de l’ancienne députée de Guyane un véritable phénomène médiatique. Ses contradicteurs politiques comme journalistiques admirent sa faconde autant qu’ils la craignent. Véritable tribun, elle convoque sans ambages les chantres de la négritude Césaire, Damas ou Senghor (ceux qui « ont pris le risque de s’exposer au lieu de rester sur l’Olympe ») mais aussi Rousseau, Jaurès, Hugo et tant d’autres. L’érudition est pour elle une véritable arme politique…

 

« La résistance à l’oppression est un droit naturel »

Louis Delgrès

 

LA FEMME EXASPÈRE.

Une tradition républicaine... Dans le machisme ambiant de notre société, l’ancienne candidate PRG aux élections présidentielles de 2002 refuse de se laisser « définir par d’autres ». Sur ce sujet comme sur tant d’autres, elle reste une « Fanm doubout », comme on dit du côté de Cayenne, n’ayant de cesse de dénoncer le sexisme ordinaire,
« pas une résistance au féminisme, juste une imbécillité ». Son combat pour les femmes, il s’inscrit dans la  « mémoire de l’exclusion et de l’oppression », si chère aux gens d’outre-mer. Le leitmotiv de tout son engagement.

 

« Il y a ma vie prise au lasso de l’existence. Il y a ma liberté qui me renvoie à moi-même »

Frantz Fanon

 

LA NOIRE DÉRANGE. Celle qui est à l’origine de la loi mémorielle du 21 mai 2001, reconnaissant les traites négrières et l’esclavage comme crimes contre l’humanité, est elle-même la victime de préjugés racistes que l’on espérait circonscrits à quelques rares esprits … sombres. Christiane Taubira prend des coups, bas, qu’elle encaisse avec une hauteur d’âme dont peu de ses ennemis peuvent se prévaloir. Non sans quelques blessures. Et si ne pas se laisser définir est un credo, ne pas oublier d’où l’on vient en est un autre tout aussi important. « Assumer ce que l’on est, ce n’est pas rejeter l’autre », expliquera-t-elle ainsi au magazine La Vie, « mais se mettre en condition pour l’accueillir ».

Rédaction
Journaliste