Le Social Democratic Front (SDF) n’entend pas participer aux élections législatives et municipales de février 2020 si la crise anglophone n’est pas résolue. Cette annonce a été faite le 28 novembre 2019 à Yaoundé par le 1er vice-président du parti Joshua Oshi, au cours d’un point de presse.

Cameroun

Cameroun : Le SDF donne un ultimatum de 2 mois à Paul Biya pour résoudre la crise anglophone

Le Social Democratic Front (SDF) n’entend pas participer aux élections législatives et municipales de février 2020 si la crise anglophone n’est pas résolue. Cette annonce a été faite le 28 novembre 2019 à Yaoundé par le 1er vice-président du parti Joshua Oshi, au cours d’un point de presse.

Le parti politique leader d'opposition au Cameroun, le Front social démocrate  par l'entremise de son 1er Vice-président, Joshua Oshi, a lancé un ultimatum de 2 mois au président de la république du Cameroun, Paul Biya, pour que ce dernier résolve la crise dans les zones anglophones. 

Depuis le 10 Aout dernier lors de la tenue de son comité exécutif tenue dans quelques villes du Cameroun, le parti de la balance n’a pas cessé de dire à ses militants que le fait de déposer les listes  constitue la détermination qui prouve à suffisance leur participation aux élections de février. Le parti conduit par le Chairman John Fru Ndi exige un retour de la paix dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Les sécessionnistes sèment de plus en plus la terreur dans ces localités, et les membres Sdf sont pris comme cible de ces separatistes.D’ailleurs, plus d’une trentaine de militants ont été enlevé par ces derniers, pour l’unique raison que leurs noms sont inscrits sur les listes électorales. 

Cependant, Joshua Osih craint à ce que les élections législatives et municipales Joshua Osih, soient transformées à  un exercice qui pourra se transformer en un bain de sang. Ainsi, le Sdf se radicalise en boycottant  la campagne électorale  sans  toutefois régler la crise anglophone qui ternie l’image du Cameroun, en mettant son économie à genoux.

Le parti se dit disposer à offrir ses services au Chef de l'Etat pour l’aider dans la résolution de cette crise. Affaire à suivre.

Beni Kinkela
Journaliste et correspondant en RDC