C'est une affaire embarrassante pour l'Amisom, la force africaine en Somalie. Des soldats du contingent burundais sont accusés d'avoir tué, mardi matin, quatre civils après l'explosion de deux bombes artisanales près de leur convoi. Des personnes qui étaient pourtant désarmées. Depuis, l'opération de maintien de la paix est sous pression.

Rédaction
Journaliste