En République démocratique du Congo (RDC), l'attribution, prévue par la loi, de gardes rapprochées aux candidats à la présidentielle fait polémique. A ce jour, seul le candidat de la majorité présidentielle, Emmanuel Ramazani Shadary, en bénéficie. Résultat, deux candidats montent au créneau. Ils se disent menacés pour leur intégrité physique et pointent du doigt l'absence de protection.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction