Au Nigeria, le chef de l'Etat Muhammadu Buhari a pris une nouvelle mesure pour lutter contre la corruption, à quatre mois de l'élection présidentielle. Une cinquantaine de personnalités soupçonnées de corruption ont été placées sur une liste de suspects à surveiller. Selon un communiqué de la présidence, ces personnes seront également empêchées de quitter le pays tant que leurs cas n’aura pas été tranchés. Les noms n’ont pas été rendus publics, mais plusieurs des personnes de haut rang concernées semblent être des membres de l’opposition. Un moyen de lutter contre la corruption alors que les procès prennent du temps, estime la présidence nigériane. Les avocats de certains opposants, s'insurgent, eux, contre une mesure portant atteinte à la libre circulation des personnes.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction