Le pluralisme de l'élection présidentielle sauvé in extremis par un décret de Jean Castex

Par un décret signé jeudi dernier par le premier ministre français, l'unique candidat déclaré contre le président sortant Ismaïl Omar Guelleh va pouvoir concourir à la présidentielle du 9 avril.

Rédaction
Journaliste