Cette décision est surprenante pour deux raisons. La mise en place de cette commission a été réclamée à cor et à cri par l’opposition sud-africaine et que Jacob Zuma s’y est longtemps et farouchement opposé. Et le président sud-africain est lui-même accusé de corruption et de fraude.

Rédaction
Journaliste