La Haye - Paris a accusé, la Guinée équatoriale, lundi 19 février devant la Cour internationale de justice (CIJ), de vouloir "paralyser" la justice française dans l'affaire dite des "biens mal acquis" où le vice-président équato-guinéen a été condamné par un tribunal parisien. La Guinée équatoriale s'exprime aujourd'hui et répond aux accusations de la France. 

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction