La Guinée-Bissau était totalement paralysée, ce mardi 16 octobre, par un mouvement de grève déclenché par la Fédération nationale des associations de transporteurs routiers regroupant les taxis, taxis collectifs, et les transports économiques. Les grévistes dénoncent les nombreux rackets policiers et exigent que soit clairement défini le rôle des différents agents affectés à la circulation routière, la police, la garde nationale et les agents de la direction des transports terrestres notamment.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction