Deux opérations conjointes entre forces onusiennes et centrafricaines ont tenté, les 8 et 10 avril, de mettre la main sur le      "général Force", un des chefs de groupes d'autodéfense du PK5, accusé de racketter les commerçants et de semer la terreur. Deux opérations qui se sont soldées par de cuisants échecs et plus d'une vingtaine de morts. Depuis, le quartier commerçant de Bangui, poumon économique de la capitale, est à l'arrêt et vit totalement retranché, dans un climat de méfiance et de peur.

Rédaction
Journaliste