Les autorités centrafricaines ont déploré samedi la décision de la justice française de prononcer un non-lieu dans l’affaire des présumés abus sexuels commis par des soldats français de l’opération Sangaris entre 2013 et 2014 sur des enfants mineurs en Centrafrique.

Henry Mbuyi
Journaliste correspondant en RDC