En Algérie, le corps médical est toujours en ébullition. Les médecins résidents ont bravé l’interdiction de manifester le 12 février dans le centre de la capitale.

Algérie : les médecins "résidents" toujours en grève

Les médecins d'Algérie en grève dénoncent l'inefficacité des négociations

Algérie - Le corps médical est toujours en ébullition. Les médecins résidents ont bravé l’interdiction de manifester le 12 février dans le centre de la capitale.

Algérie : les médecins "résidents" toujours en grève

En dépit du dispositif policier important, ces résidents en grève depuis bientôt trois mois ont réussi à marcher jusqu‘à l’assemblée populaire nationale.

"Aujourd’hui si on fait cette manifestation ici même, c’est pour essayer de faire bouger les choses pour essayer vraiment de trouver des solutions à un problème qui dure depuis trois mois" a expliqué un médecin résident.

© Ryad Kramdi, AFP | Un millier de "médecins en colère" se sont regroupés, lundi matin, devant la Grande Poste, à Alger.

L’objectif de cette manifestation : faire avancer des négociations suite à la réclamation de l’abrogation du "service civil" obligatoire après leurs études.

"En ce qui concerne les négociations, on s’est retrouvés face à un mur, on est vraiment dans un cul-de-sac, les résidents maintenant en ont marre, on essaie maintenant de les mettre de coté, de les faire taire de leur faire peur par le spectre de l’année blanche, il faut que ces gens là sachent que l’année blanche, on n’en a pas peur" a indiqué un résident en orthopédie Boubezari Naamane.

Ces résidents au nombre de 13 000 en spécialisation demandent entres autres une réforme de leur formation et la révision du statut de résidents.

Toutefois, une délégation a pu rencontrer le président du Parlement. Ce dernier a annoncé qu’il mènerait une médiation entre les résidents et le Premier ministre Ahmed Ouyahia.

Mohamed Gontara
Journaliste - Correspondant en Tunisie