Le président tunisien Kaïs Saïed a effectué dimanche à Alger sa première visite officielle à l'étranger, après trois mois au pouvoir. Une visite d’État, pendant laquelle le chef d'État tunisien s’est entretenu avec son homologue algérien Abdelmadjid Tebboune sur les dossiers libyen, palestinien, mais aussi sur les questions bilatérales.

Algérie

Alger et Tunis sur la même longueur d'onde sur la Libye

Le président tunisien Kaïs Saïed a effectué dimanche à Alger sa première visite officielle à l'étranger, après trois mois au pouvoir. Une visite d’État, pendant laquelle le chef d'État tunisien s’est entretenu avec son homologue algérien Abdelmadjid Tebboune sur les dossiers libyen, palestinien, mais aussi sur les questions bilatérales.

Alors que les Tunisiens étaient absents de la Conférence de Berlin, Alger et Tunis semblent être sur la même longueur d’onde sur la Libye.

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a annoncé qu’Alger et Tunis organiseraient une série de rencontres avec toutes les parties et toutes les tribus pour parvenir à des élections. « Et cela pour arriver à la construction des fondations d’un État libyen démocratique. À condition que cette proposition soit acceptée par ceux – pas à l’intérieur, mais à l’extérieur – ceux qui contrôlent la décision en Libye. Que ce soit l’ONU ou les pays européens », a précisé le président Abdelmadjid Tebboune.

Cette visite de Kaïs Saïed était aussi l’occasion pour les deux présidents de parler de leur « futur commun », selon l’expression utilisée par le président tunisien.

Abdelmadjid Tebboune a ainsi annoncé que l’Algérie allait soutenir la Tunisie face à ses difficultés économiques. « Nous avons décidé de déposer 150 millions de dollars dans la banque centrale tunisienne, comme garantie. Et nous continuons les facilités de paiement pour l’approvisionnement en gaz et en hydrocarbures, jusqu’à ce que la Tunisie est les moyens de payer », a indiqué le président algérien.

Les deux pays ont également affirmé qu’ils poursuivraient leur coopération dans la lutte anti-terroriste. Le président algérien se rendra en Tunisie après la formation du gouvernement.

Rédaction
Journaliste