Issu d’une famille de négociants en produits agricoles, Mohamed Kagnassy a l’agriculture inscrite dans son ADN. Son père, le très respecté homme d’affaires malien, Cheikna Kagnassy, originaire de Banamba, à 150 km au nord-est de Bamako, est celui qui fut hier encore, pour toute la sous-région, le « roi du coton ». Cet héritage paternel empreint d’une enfance joyeuse au quartier de Badalabougou mêlé à une formation à l’international (Genève, Londres) et à l’envie réelle de participer à la transformation du secteur agricole en Afrique, place Mohamed Kagnassy en figure clef de l’agro-business. Portrait.

Guinée : une nouvelle vision de l’agriculture

Portrait : Mohamed Kagnassy, Directeur général de West Wind Guinée

Issu d’une famille de négociants en produits agricoles, Mohamed Kagnassy a l’agriculture inscrite dans son ADN. Son père, le très respecté homme d’affaires malien, Cheikna Kagnassy, originaire de Banamba, à 150 km au nord-est de Bamako, est celui qui fut hier encore, pour toute la sous-région, le « roi du coton ». Cet héritage paternel empreint d’une enfance joyeuse au quartier de Badalabougou mêlé à une formation à l’international (Genève, Londres) et à l’envie réelle de participer à la transformation du secteur agricole en Afrique, place Mohamed Kagnassy en figure clef de l’agro-business. Portrait.

Après 10 ans au sein de la société familiale, division « café-cacao », c’est en Guinée qu’il installe West Wind Guinée, une entreprise de taille intermédiaire qui compte plus de 1 000 salariés et qui commercialise et distribue des produits miniers (gypse, phosphate, calcaire, houille, bauxite, souffre, sable, silicieux), des intrants agricoles (engrais, NPK, urée, semences améliorées, phytosanitaires) et d’autres produits (ciments, plâtre, clinker, slag, biomasse, pet coke) pour toute l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale.

Mohamed Kagnassy, ce fils de la terre, a une nouvelle vision de l’agriculture. Une lecture de l’avenir plus opérationnelle et plus innovante qu’il partage avec le président de la République de Guinée, Alpha Condé en sa qualité de Conseiller à la présidence en matière de développement rural. A l’heure où certains Etats africains s’engagent sur la voie de la rupture avec le système agricole traditionnel, la Guinée, sur les conseils avisés du brillant Mohamed Kagnassy, s’est lancée sur la voie de la mécanisation, des semences améliorées, en clair, de l’innovation poussée. Avec lui, l’agritech est en marche ! Drones, tracteurs autonomes, caméras, machines de traite connectées, sont autant de technologies qui optimiseront le travail des agriculteurs du pays. 

Comment augmenter le pouvoir d’achat dans le monde rural ?

« Comment avoir des spéculations à cycles courts avec des rentabilités élevées ? Que peut-on offrir de plus aux jeunes populations du monde rural pour qu’elles puissent avoir à cœur de se lancer dans le secteur primaire ? Comment augmenter le pouvoir d’achat dans le monde rural ? » questionne celui qui murmure à l’oreille du président guinéen.

Dans l’inconscient collectif de cette jeunesse africaine, flottait l’idée que l’agriculture traditionnelle de subsistance les conduirait à une vie de misère alors, massivement, ils se sont exilés au-delà des frontières du continent. Aujourd’hui, le résultat catastrophique des migrations a modifié la perception de cette jeunesse africaine en quête de réussite. L’ère du numérique, l’Intelligence artificielle ont changé la donne. « La diaspora africaine est de retour sur le continent et a conscience qu’elle a à sa disposition un écosystème favorable à son avenir : agro-business, élevage, pisciculture sont autant de secteurs primaires qui leur ouvriront les portes d’une avenir radieux » dixit Mohamed Kagnassy, le regard aussi pétillant que ses propos.

Kobiri, application numérique dédiée au monde agricole

Le patron de West Wind Guinée est allé au-delà des mots dans son engagement. Il a créé « Kobiri », une plateforme numérique qui mutualise les outils agricoles et permet aux agriculteurs — qui n’ont ni les moyens financiers ni les outils mécaniques nécessaires pour clore le calendrier agricole — d’accéder à la mécanisation. L’application Kobiri disponible depuis 2017 via Smartphone apporte des solutions et permet d’accroître les revenus des acteurs du monde rural. « Un agriculteur avec une exploitation de 2 hectares n’a aucun intérêt à acheter une moissonneuse, autant la louer via Kobri » suggère Mohamed Kagnassy.

La solution Kobiri permet à ces producteurs modestes de cultiver la terre, d’agrandir leur exploitation agricole, de progresser et de jouir des avantages de la mécanisation.

Son rêve ? Que les Africains réussissent ensemble, à coup de rigueur, travail et abnégation, à construire chez eux le paradis qu’ils ont trop longtemps admiré ailleurs.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction