Sans avoir reçu mandat du Procureur de la République, les agents de l'Agence nationale de renseignements (ANR ), ont fait l'incursion, ce vendredi 17 janvier, dans la résidence du Président de l'Assemblée provinciale du Kongo Central. C'est vers des heures vespérales que ces agents de renseignement et de sécurité ont pris d'assaut de cette résidence située dans la ville de Kinshasa.

Congo - Kinshasa

Incursion des agents de l'ANR dans la résidence du Président de l'Assemblée provinciale du Kongo Central

Sans avoir reçu mandat du Procureur de la République, les agents de l'Agence nationale de renseignements (ANR ), ont fait l'incursion, ce vendredi 17 janvier, dans la résidence du Président de l'Assemblée provinciale du Kongo Central. C'est vers des heures vespérales que ces agents de renseignement et de sécurité ont pris d'assaut de cette résidence située dans la ville de Kinshasa. 

La résidence du Docteur Pierre Anatole Matusila,  Président de l'Assemblée Provinciale du Kongo central a été violée par une douzaine d'agents de l'ANR. Ces agents ont pénétré la résidence du patron du législatif provincial sans préalable sans avoir à justifier d'un mandat du Procureur de la République. 

Sous le choc, un témoin qui a vécu la scène, évoque que le but de l'incursion de ces agents de l'ANR étaient de localiser un fugitif le plus recherché, dénommé Kasongo. D'après leurs investigations le concerné réside à cet endroit. 

" Hier, dans la nuit vers 22h45 les agents de l'ANR  sont entrés dans la parcelle du Président  Matusila. Ils ont dit qu'ils sont à la recherche d'un certain criminel qui s'appellerait Kasongo.
Ils étaient à bord d'une jeep de marque FORD partiellement identifiée 0071AX sans mandat du Procureur de la République.", a-t-il dit. 

Une situation qui paraît ambiguë. Car, en date du 15 septembre 2019, le Président de l’Assemblée provinciale du Kongo central, avait échappé, à un attentat dans les installations du jardin botanique de Kisantu, situé à 245 kilomètres à l’Est de la ville de
Matadi.

En provenance de Kinshasa pour Matadi, Pierre Anatole Matusila avait préféré faire une escale, aux environs de 14 heures, à Kisantu pour répondre aux préoccupations soulevées par un groupe des jeunes, issus de divers mouvements citoyens, concernant le scandale sexuel dans lequel ont été impliqués le gouverneur Atou Matubuana et son adjoint, Justin Luemba. Au cours desdits échanges , subitement trois personnes
suspectes et non autrement identifiées, parmi lesquelles un garde du corps d’un de membres du bureau de l’Assemblée provinciale du Kongo central, ont apparu.

Beni Kinkela
Journaliste et correspondant en RDC