"Fabriquer de l'énergie hydraulique pour les zones rurales et se faire payer sous forme de troc avec les artisans locaux, c'est ça Mayélé. Mon cousin, Jonathan Yombo, ingénieur électricien à Kinshasa m'a inscrit au concours EDF PUSLE AFRICA 2019. Nous avons travaillé et monté le projet ensemble".

Start-up Kinoise : Mayélé, un projet participatif rendu possible avec l'énergie hydraulique et une économie de troc

Michel Shungu : "La République Démocratique du Congo coule dans mes veines mais quel pays peut avancer dans le noir ?"

"Fabriquer de l'énergie hydraulique pour les zones rurales et retourner à une économie de troc avec les artisans locaux, c'est ça Mayélé. Mon cousin, Jonathan Yombo, ingénieur électricien à Kinshasa m'a inscrit au concours EDF PUSLE AFRICA 2019. Nous avons travaillé et monté le projet ensemble". Récit d'un échange avec le jeune mathématicien de Kin'.

Michel Shungu fait partie de ceux qui aiment les gens plus que l'argent. C'est un altruiste 2.0 doublé d'un bosseur. Son expression : "le travail paye toujours" ! Depuis un an, avec ses cinq amis ingénieurs congolais, "sa team", ils réfléchissent à la façon la plus intelligente d'améliorer le quotidien des populations rurales de RDC. Et le prototype Mayélé, (l'intelligence en Lingala) est enfin né. "Il nous manque juste des financements pour le répliquer !" rappelle-t-il.

Une fracture énérgétique très importante

En RDC, géant d'Afrique (2 345 441 km2), la fracture énergétique est très importante. Le pays, avec ses 88 millions d'habitants, figure parmi ceux ayant le plus faible taux d’électrification. Moins de 10% de la population congolaise dispose d’un accès à l’électricité, 35% dans les zones urbaines (50% à Kinshasa) et moins de 1% dans les zones rurales.

Pourtant, "le potentiel de développement grâce aux ressources hydrologique et solaire est énorme" informe Michel Shungu. Jusqu’à présent certains minerais demeurent intransformables du fait de déficit de production électrique.

RDC

Plusieurs mini-réseaux basés sur l’hydro-électricité existent

Il s’agit du réseau de l’Electricité du Congo (EDC) dans la ville de Tshikapa (1,5 MW), les réseaux de Virunga SARL à Mutwanga (0,4 MW) et à Matebe (12,6 MW), le réseau de la Société d’énergie de Kasaï (Enerka) à Mbuji-Mayi (17,48 MW) et le réseau de la Société des Mines d’Or de Kilo-Moto (SOKIMO) à Bunia et Mongbwalu (11 MW)... "Et bientôt le réseau hydroélectrique participatif Mayélé" lance-t-il. Et pourquoi pas ? "Je connais toutes les réalités de mon pays. Kinshasa coule dans mes veines mais personne ne peut avancer dans le noir. La majorité de notre potentiel électrique demeure inexploité, c'est ahurissant !" ajoute Michel. 

La start-up Mayélé a été sélectionnée par EDF PULSE AFRICA pour la finale qui aura lieu le 21 novembre prochain. Peut-être que le géant français qui a compris que l'énergie n'est pas un produit comme les autres sera sensible au caractère très humain et social de ce projet innovant.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction