Au Congo-Brazzaville, détenu pendant 1100 jours et libéré en septembre dernier après deux procès successifs, l'opposant Paulin Makaya s'est exprimé pour la première fois en public hier, samedi, au cours de ses voeux à la presse. Il a demandé à ceux qui ont l'effectivité du pouvoir d'accepter le pardon et d'accorder la liberté aux opposants André Okombi Salissa et le général Jean-Marie Michel Mokoko. Paulin Makaya nourrit surtout des ambitions pour la présidentielle de 2021 à laquelle il pourrait se porter candidat.

Congo - Brazzaville

Congo-Brazzaville : Paulin Makaya, la présidentielle de 2021 en ligne de mire

Au Congo-Brazzaville, détenu pendant 1100 jours et libéré en septembre dernier après deux procès successifs, l'opposant Paulin Makaya s'est exprimé pour la première fois en public hier, samedi, au cours de ses voeux à la presse. Il a demandé à ceux qui ont l'effectivité du pouvoir d'accepter le pardon et d'accorder la liberté aux opposants André Okombi Salissa et le général Jean-Marie Michel Mokoko. Paulin Makaya nourrit surtout des ambitions pour la présidentielle de 2021 à laquelle il pourrait se porter candidat.

Devant la presse nationale et internationale à qui il a présenté ses vœux Paulin Makaya est revenu sur son séjour en prison. "La prison est une grande école, c’est vrai qu’elle n’est pas un hôtel cinq étoiles : ce sont des difficultés, c’est l’isolement. Pour moi ça été une méditation, j'ai expérimenté quelque chose que les autres hommes politiques n’ont peut-être pas expérimenté. La prison m’a appris à aimer les autres et de les aimer sincèrement", a-t-il déclaré.

Depuis sa libération il a été interdit à deux reprises de se rendre en Europe où il devrait faire son bilan de santé. "Il était normal que j’aille faire mon bilan médical. Mais, ils (les dirigeants congolais) m’en ont empêché. J’ai dit Ok, et restons (au pays) pour faire la politique », a t-il ajouté.

Et faire la politique pour le leader du parti Unis pour le Congo (UPC), c’est nourrir des ambitions pour la présidentielle de 2021 à laquelle il compte de se porter candidat. "Nous avons créé le parti pour aller au pouvoir", a-t-il martelé. A défaut d’une candidature individuelle Paulin Makaya s’alignerait par le jeu d’alliance derrière un candidat intègre que l’opposition pourrait unanimement choisir.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction