L’industrie du bâtiment est l’une des principales sources d’émission de gaz à effet de serre. À elle seule, la production de ciment est…

Environnement

Claude Attila, l'architecte togolais qui prône un retour à l'argile

L’industrie du bâtiment est l’une des principales sources d’émission de gaz à effet de serre. À elle seule, la production de ciment est responsable de 5 % du CO2 rejeté dans l’atmosphère. WenCL Consulting, une entreprise congolaise basée à Brazzaville propose une alternative, moins onéreuse et vingt cinq fois moins polluante que le béton et le parpaing conventionnel à base de ciment. De quoi faire pâlir le cimentier franco-suisse Lafarge, qui un jour, avec tous les blâmes qu'il essuie, pourrait bien devenir un colosse aux pieds d'argile. Explications.  


Le béton ou parpaing de ciment est aujourd’hui l'un des matériaux de construction le plus utilisé au monde. Chaque année, des milliards de tonnes de béton et de parpaing de ciment sont produites et l'impact environnemental est catastrophique. Une tonne de ciment entraînerait une émission d’environ 900 kg de C02. Son principal constituant, le clinker, nécessite une cuisson à près de 1450°C, ce qui explique sa forte consommation énergétique. Claude Attila, architecte français, d'origine togolaise et co-fondateur avec le Colonel Tiburce Wenceslac Mboli de la société WenCL Consulting semble avoir trouvé la parade en remplaçant le ciment par des blocs de terre comprimée (argile, limon, sable). Voilà une belle manière de faire écho à son environnement et de faire revivre un savoir-faire oublié !


Quand l'architecture revient à la terre


Actuellement, consultant en méthodes auprès du géant Eiffage France sur le projet du Grand Paris, Claude Attila rêve que toutes les constructions contemporaines soient à base de matériaux innovants. Une revendication écologiste qui mériterait que les acteurs publics s'y intéressent tant la puissance du lobby des cimentiers est difficilement égalable. "La qualité environnementale est une composante à part entière d'un projet ; elle fait partie intégrante de ses valeurs architecturale et urbanistique" informe Claude Attila qui trouve dommage qu'avec l'industrialisation, la terre crue ait été évincée au cours du XXème siècle au profit du ciment. "La production d'une tonne de terre compressée pollue 25 fois moins que le ciment, de plus, c'est aussi solide que le ciment et le fer à béton mais beaucoup moins nuisible à l’environnement" prévient ce chef de file du renouveau des constructions en terre, qui pratique son métier depuis plus de 28 ans.


C'est aussi solide que le parpaing conventionnel à base de ciment mais beaucoup moins nuisible à l’environnement 


Écologique et esthétique


Ses récentes réalisations en Afrique subsaharienne possèdent une isolation thermique naturelle 30% supérieure à un parpaing conventionnel. Un avantage réel pour certains pays de la zone sahélienne où les températures extérieures peuvent aller jusqu'à 45 degrés. Moins d'énergie sera nécessaire pour le chauffage en raison de l'humidité relative presque constante d'environ 50 % dans une maison de terre par rapport à une maison de construction traditionnelle où l'humidité peut atteindre 80 % ou plus. L'énergie est économisée car un mur de terre solide peut stocker la chaleur et l'énergie solaire et la réémettre sous forme de chaleur radiante lorsque la température baisse. En clair, les qualités de la terre compressée en font un véritable régulateur naturel. 


In fine, le retour à une certaine simplicité donne parfois des résultats étonnants !


Nous avons créé en 2016 l’entreprise de construction WenCL Consulting avec l'envie réelle de construire des bâtiments écologiques. Un défi que je me suis lancé avec mon partenaire Tiburce Wenceslas Mboli tant nous plaçons le respect de l'environnement au centre de notre démarche. Le bloc de terre compréssé est un produit 95 % naturel qui peut être utilisé comme isolant ou renfort. C'est un produit issu des dernières évolutions technologiques permettant d'améliorer de façon importante les performances en matière de construction. Je souhaitais poursuivre dans le domaine de l’éco-construction. Jusqu’ici, il était en effet difficile de rivaliser avec le béton et le parpaing de ciment étant donné leur solidité mais c'est chose faite !

Claude Attila et Tiburce Wenceslas Mboli

 

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction