Pour comprendre la stratégie de développement du groupe, rencontre avec Jacek Roznowicz, Directeur Europe du Sud-Est et Afrique de Yves Rocher depuis septembre 2014. 

Yves Rocher déploie ses ailes en Afrique

Entretien : Jacek Roznowicz, Directeur Yves Rocher - Europe du Sud-Est et Afrique

Voilà déjà plus de deux ans qu’Yves Rocher, la marque de la cosmétique végétale inaugurait son premier magasin en Côte d’Ivoire, après le Sénégal, le Kenya, le Nigéria et l’Angola. Pour comprendre la stratégie de développement du groupe, rencontre avec Jacek Roznowicz, Directeur Europe du Sud-Est et Afrique de Yves Rocher depuis septembre 2014. 

Yves Rocher

Priscilla Wolmer : Qu’est-ce qui a incité le groupe Français Yves Rocher à s’ouvrir au marché Africain ?

Jacek Roznowicz : Le risque existe partout dans le business et d’autant plus si vous vous développez à l’international. L’Afrique est un continent très dynamique où les choses vont très vite. Tout le monde veut y être présent car le potentiel est énorme.

Notre politique de développement est très cohérente et nous souhaitions nous engager sur le continent africain. Même si cela n’était pas facile, nous l’avons fait, tout en gardant un esprit humble.

Priscilla Wolmer : Sur 54 pays en Afrique, sur quels critères avez-vous choisi les pays où implanter la marque et après bientôt trois ans d’implantation, quel est le chiffre d’affaires réalisé par la marque sur le continent ? Quels sont les pays où vous remportez un franc succès ?

Jacek Roznowicz : Il est vrai que notre implantation est assez récente comparée à d’autres groupes. Les critères sont toujours les mêmes : la taille du marché et la notoriété de la marque. Un autre critère extrêmement important est le choix du partenaire et par conséquent du know-how local.

Je crois que dans tous ces pays nous avons remporté un succès à deux niveaux. 

Il y a trois ans, nul ne pouvait s'imaginer que nous pourrions ouvrir sur le continent africain autant de magasins et en si peu de temps !

Et ce même en dépit du fait que nous considérons le développement de notre marque en Afrique plutôt comme un marathon et non pas comme une course de vitesse. Tout simplement, nous avons su saisir les opportunités qui se sont présentées à nous.

Aussi, nos partenaires sont très contents de travailler avec nous et souhaitent développer notre présence localement. Or, ces partenaires savent comment mettre en musique ce que nous, en tant que marque, pensons nécessaire pour le bienfait de celle-ci. Ils savent nous dire aussi les points que nous devrions adapter. La coopération quotidienne, le respect mutuel et le mélange marque forte / know how local / adaptation avec une dose de bonne volonté sont pour nous la meilleure recette d’une relation satisfaisante et à long terme. 

Priscilla Wolmer : Fort de cette expérience, comptez-vous poursuivre l’expansion de la marque de cosmétiques en Afrique ? 

Jacek Roznowicz : Nous sommes présents aussi bien en Afrique francophone que non-francophone. Avec quelques défis supplémentaires dans la partie non-francophone. Etant donné que les liens avec la France n’y existent pas, notre marque y est moins connue. Ce n’est pas pour autant que nous avons décidé d’abandonner notre développement dans ces pays.

Nous avons 3 magasins Yves Rocher en Angola, 2 au Kenya, bientôt 3 au Nigéria et 8 en Egypte

Nous prévoyons pour 2018 un développement assez soutenu aussi dans d’autres pays de l’Afrique anglophone et francophone.

Boutique Yves Rocher en Côte d'Ivoire, à Abidjan

L’offre produit, le positionnement "prix accessible" et la communication sont aussi des challenges qu’il ne faut pas oublier.

Le plus difficile est néanmoins la situation dans certains pays vers lesquels il est de plus en plus dur d’exporter et où l’accès aux devises reste problématique. Fatalement, cela nous paraît compliqué car nous n’avons pas d’autre choix que de subir.

Priscilla Wolmer : Comment vous prémunissez-vous contre le risque d’impayé avec vos distributeurs, vos partenaires commerciaux ? Arpentez-vous souvent le continent pour vous forger votre propre opinion ?

Jacek Roznowicz :  Il n’est pas possible pour nous de créer le lien de confiance et de respect sans effectuer des visites régulières sur le terrain. Et nous le faisons en amont pour mieux connaître notre partenaire potentiel. Et ensuite pour manifester notre soutien au partenaire et mieux adapter avec lui nos opérations commerciales aux réalités locales. L’écoute, le respect et l’humilité sont nos principes auxquels nous ne dérogeons pas.

Priscilla Wolmer : Sur des podiums souvent trop "white", comment Yves Rocher impose la beauté africaine ?

Jacek Roznowicz :  Nous n’avons aucune prétention d’imposer quoi que ce soit. Je pense que nos valeurs font que nous sommes régulièrement choisis par les consommatrices comme la marque en qui on peut avoir confiance. Et ce depuis plus de 50 ans.

Je pense que les femmes africaines méritent d’avoir une offre Yves Rocher au même titre que toutes les autres femmes du monde. D’où notre volonté de développement sur le continent africain.

Nous traitons les besoins beauté de la femme africaine de la même manière que nous le faisons partout dans le monde

Nos normes de qualité sont exactement les mêmes partout. Nous sommes présent dans une centaine de pays et nous devons l’assumer, mais sans prétention aucune.

Les consommatrices africaines nous parlent. Elles apprécient nos produits souvent en fonction de leurs origines. Elles mentionnent justement qu'étant l'offre, il est facile chez Yves Rocher de choisir un produit en fonction de leur besoin. Nous avons une offre pour tous types de peaux (mixte, grasse, sèche, acnéique…) un large choix de teintes et couleur dans le maquillage et puis nos parfums sont très appréciés sur le continent.

Beauté Yves Rocher

Priscilla Wolmer : Avec des produits phares à base d’huile d’argan ou de beurre de Karité, est-ce qu’Yves Rocher favorise la fabrication locale ?

Jacek Roznowicz : Tout à fait. Il est important de savoir qu’une grande partie de nos ingrédients proviennent d’Afrique via nos filières végétales éco-responsables : vanille, karité, ylang-ylang ou encore argan pour en nommer certains. Mieux encore, la Fondation Yves Rocher a planté une vingtaine de millions d’arbres en Ethiopie dans le cadre du Programme Plantons pour la Planète et elle s’est engagée à planter 100 millions d’arbres d’ici 2020. 

 

 

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction