Première cheffe d’Etat africaine, Ellen Johnson Sirleaf devient également la première femme à recevoir le prix Mo Ibrahim pour le leadership. Une distinction pour laquelle l’ancienne présidente libérienne recevra 5 millions de dollars.

Liberia

Ellen Johnson Sirleaf remporte le prix Mo Ibrahim 2017

Première cheffe d’Etat africaine, Ellen Johnson Sirleaf devient également la première femme à recevoir le prix Mo Ibrahim pour le leadership. Une distinction pour laquelle l’ancienne présidente libérienne recevra 5 millions de dollars.

Ellen Johnson Sirleaf, présidente du Liberia pendant deux mandats de 2006 à 2017, est la lauréate 2017 du Prix Mo Ibrahim, qui reconnaît et célèbre l’excellence du leadership africain.

Ce prix vise à récompenser les dirigeants qui, au cours de leur mandat, ont développé leur pays, renforcé la démocratie et les droits de l’homme dans l’intérêt commun de leur peuple et fait progresser le développement durable.

Dans sa citation, le Comité du Prix a loué le leadership exceptionnel et transformateur de Mme Sirleaf, face à des défis sans précédent et renouvelés, pour mener le redressement du Liberia après de nombreuses années de guerre civile dévastatrice.

En annonçant cette décision, le Dr Salim Ahmed Salim, Président du Comité du prix, a déclaré qu’Ellen Johnson Sirleaf a dirigé un processus de réconciliation axé sur la construction d’une nation et de ses institutions démocratiques. Tout au long de ses deux mandats, elle a travaillé sans relâche au nom du peuple libérien.

Même si, recconnut-il, le Liberia continue de faire face à de nombreux défis. Néanmoins, il a estimé qu’au cours de ses douze années de mandat, Ellen Johnson Sirleaf a jeté les bases sur lesquelles le Liberia peut désormais s’appuyer.

La toute première cheffe d’Etat africaine devient ainsi la 5è récipiendaire du prix, en près de douze années d’existence. Fondé par l’ingénieur en télécommunication et milliardaire soudanais Mo Ibrahim en 2006, ce prix éponyme n’est en effet remis que si le comité qualifie le gouvernant de vraiment méritant.

Pour être admissibles, les chefs d‘État africains doivent avoir quitté leurs fonctions au cours des trois dernières années civiles, doivent avoir été élus démocratiquement et purgé leur mandat prescrit par la Constitution. Le prix est accompagné d’une enveloppe de 5 millions de dollars versés sur 10 ans puis 200 000 dollars chaque année pour le reste de la vie du gagnant.

Sirleaf a quitté ses fonctions le mois dernier, laissant la place à George Weah, l’ancien footballeur de Chelsea et du Milan entré en politique il y a un peu plus de treize ans.

À présent, Ellen Johnson Sirleaf rejoint le cercle fermé des récipiendaires Mo Ibrahim que sont le président Hifikepunye Pohamba de Namibie (2014), le président Pedro Pires de Cap-Vert (2011), le président Festus Mogae du Botswana (2008) et le président Joaquim Chissano du Mozambique (2007). Nelson Mandela a été le lauréat honoraire inaugural en 2007.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction