[Avril 1994. Costume bleu de nuit, chemise blanche sans cravate, des yeux bien cachés sous les lunettes noires pour malvoyants…Ray Charles, sourire de Duchenne, tête dans les nuages chantant « Gorgia », l’un de ses tubes planétaires, apparaît au volant d’un cabriolet rouge sang de marque Peugeot 306, faisant du tête-à-queue sur un lac salé glacé dans le Canada profond. « Où voulez-vous que je vous amène? », demande l’artiste musicien américain, aveugle de son état, à une belle jeune fille bien taillée, bien habillée...mais qu’il ne voit pas. Diffusée sur les télés du monde entier, la publicité fait exploser les ventes de Peugeot.]

Congo - Kinshasa

Tshibala, le "Ray Charles congolais" perd ses lunettes !

Avril 1994. Costume bleu de nuit, chemise blanche sans cravate, des yeux bien cachés sous les lunettes noires pour malvoyants… Ray Charles, sourire de Duchenne, tête dans les nuages chantant "Gorgia", l’un de ses tubes planétaires, apparaît au volant d’un cabriolet rouge sang de marque Peugeot 306, faisant du tête-à-queue sur un lac salé glacé dans le Canada profond. "Où voulez-vous que je vous amène ?", demande l’artiste musicien américain aveugle, à une belle jeune fille, bien habillée... mais qu’il ne voit pas. Diffusée sur les télés du monde entier, la publicité fait exploser les ventes de Peugeot.

Vingt-trois ans après, le Congo Démocratique, pays de Papa Wemba, artiste musicien ayant chanté "chance eloko pamba" (traduit du lingala : la possibilité de dormir pauvre et se réveiller riche), s’est trouvé son Ray Charles, loin de la musique, plutôt en politique. Si le Ray Charles américain a brillé par des tubes à succès, le congolais, lui, broie du noir. Leur unique point commun : des lunettes noires pour malvoyants ! Bruno Tshibala, parce que c’est de lui qu’il s’agit, mystérieux, insolite, inconnu du grand public, a comme haut fait d’armes : avoir été conseiller d’Etienne Tshisekedi (Ndlr : Etienne Tshisekedi est un opposant historique congolais et président de l’UDPS. Il est mort le 01/02/2016 à Bruxelles et sa dépouille n’a pas encore été rapatriée à Kinshasa pour enterrement). Ce passé aux côtés de Tshisekedi lui a valu le poste de Chef de Gouvernement, après que le Rassemblement/Limete a refusé les consultations initiées à l’époque par le Président de la République.

Tshibala, le diplômé de Marien Ngouabi, une université désertée par les riverains !

Si dans la pub culte de Peugeot Ray Charles ne conduit qu'un cabriolet de 4 places, en RD-Congo, le Ray Charles local est, quant à lui, aux commandes d'un navire aussi grand que le Titanic, avec plus de 80 millions d'âmes à bord. Aussi distrait qu’incompétent comme le commandant Edward John Smith du célèbre bateau Titanic qui n’avait pas pu venir l’Iceberg, Bruno Tshibala alias Ray Charles, derrière ses lunettes noires est affaibli quotidiennement par des multiples crises : le dollar a repris la hausse face au franc congolais, les prix des biens de première nécessité flambent sur le marché, hausse du prix du carburant…

Devant le Parlement, Tshibala s’était pourtant engagé à "améliorer le vécu quotidien du peuple congolais". Une autre vaine et fallacieuse promesse qui s’apparente à celle faite par un autre pantin issu de l’UDPS, Samy Badibanga, catapulté Premier ministre après l’Accord du 18 octobre 2016 signé à Kinshasa sous l’égide de l’Union africaine. (Ndrl : cet Accord signé entre l’opposition, la Majorité au pouvoir et la société civile sous la médiation d’Edem Kodjo prévoyait la tenue des élections au premier semestre de l’année 2018 et stipulait aussi que le gouvernement devait être dirigé par un Premier ministre issue de l’opposition) que Ray Charles a remplacé à la Primature. Alors qu’il avait pour mission d’organiser des élections, Badibanga s’était mêlé les pinceaux, un peu comme Tshibala, en annonçant la gratuité de la maternité. Jusqu’à son limogeage, même pas un début de réalisation de son équipée. Visiblement, c’est le fort des opposants. Mieux, de la classe politique congolaise : les promesses. Ainsi tout va, dans un pays où on vit au futur, avec espoir que demain sera meilleur qu’aujourd’hui.

Tshibala avait promis des miracles à Kabila

Huit mois après l’arrivée de Tshibala à la tête du Gouvernement, aucun miracle ne s’est produit. La situation socio-économique est pire que jamais. Le plan d’engagement pour financement des élections, pourtant l’un des préalables repris dans le calendrier de la CENI, tarde à venir.

Pendant ce temps, Bruno Tshibala alias Ray Charles, passe beaucoup plus son temps à visiter ses multiples chantiers à travers la ville qu’à faire le travail de l’Etat. "Chance eloko pamba" : en 8 mois, Tshibala est passé de l’extrême pauvreté à l’extrême opulence. Il prend sérieusement sa revanche sur la pauvreté qui l’a laminé pendant une bonne période de sa vie. Outre les chantiers ouverts çà et là, l’homme aurait aussi acquis l’ex résidence du Premier ministre honoraire Lunda Bululu, dans le chic quartier de Mont Fleury. "Depuis que les nouveaux riches ont acheté ici, on a plus le repos", se plaint une voisine qui dénonce les tapages diurnes et nocturnes des Tshibala qui organisent presque quotidiennement les fêtes dans cette résidence.

Dans les boites de nuits, lounge bars, bars, restos… les Tshibala sont omniprésents et ne passent jamais inaperçus. Un soir, l’un d’entre eux s’est amené avec 4 gros bras armés dans un restaurant situé en plein centre-ville, un lieu apaisé et sécurisé pourtant. En plus, les Tshibala sont réputés généreux. Un soir de chance, ils peuvent se mettre à offrir à boire à volonté à toutes les personnes présentes au bar. Sauf que pendant ce temps, le personnel de la Primature n’est pas payé ! Depuis plusieurs mois. Aucun PM n’avait encore fait ça. "Ma toute première prime, je l’ai reçue des mains de la femme au Premier ministre, à leur résidence", s’indigne un membre du cabinet. A un autre d’ajouter : "quand l’argent arrive, le comptable l’amène directement chez lui à la maison...ce n’est qu’après que les miettes reviennent au bureau".

On compterait à ce jour plus de 830 employés à la Primature. Non payés…La tension est perceptible. Les militants de l’UDPS à qui Ray Charles avait promis monts et merveilles sont à bout de leur patience. Certains menaceraient même de prendre les enfants Tshibala en otage…au cas où.

À la MP, certains évoquent déjà l’après Tshibala

Au sein de la Majorité présidentielle au pouvoir, certains pensent déjà à l’après Tshibala et les noms sont même avancés. Les jours à venir s’annoncent difficiles pour le locataire de l’avenue 3Z. Ça fait 8 mois que l’aventure dure…Tshibala a prouvé son incapacité à jouer dans la cour des grands. Au Conseil des ministres, il se perd mille et une fois avant de se faire recadrer par les membres du Gouvernement. Ses proches le disent fragile face à la pression. Entre sa nomination et la prestation de serment, il aurait enchainé autant de crises de tension. Face aux multiples manifestations des rues lancées par l’église catholique, il risque de craquer, de lâcher… "Où voulez-vous que je vous amène ?" Sûrement pas à un suicide ! Parce qu’au lieu de faire du surplace, du tête-à-queue comme Ray Charles l’artiste, le véritable, le Premier ministre congolais, lui, va droit vers l’Iceberg. Naufrage en vue.

Henry Mbuyi
Journaliste correspondant en RDC