Lors du sommet de Johannesburg, la Chine a annoncé "10 plans majeurs", et a promis un soutien financier de 60 milliards de dollars…

La coopération sino-africaine est en marche

Chine-Afrique, les partenariats s'intensifient

Lors du sommet de Johannesburg, la Chine a annoncé "10 plans majeurs", et a promis un soutien financier de 60 milliards de dollars américains en faveur des pays africains. Jusqu’ici, la moitié de cette somme a été utilisée et plusieurs projets ont été réalisés dans presque tous les domaines. 


Depuis fin 2015, le président chinois Xi Jinping, le président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale (APN) de Chine, Zhang Dejiang, et le président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois, Yu Zhengsheng, ont effectué des visites en Afrique. De l’autre côté, 15 chefs d’État et 4 chefs de gouvernement africains ont visité la Chine. "Cela signifie que les échanges entre les dirigeants des deux parties sont à leur plus haut niveau, et il s’agit d’une coordination des idées", analyse M. Lin, ajoutant que plusieurs centaines de représentants ministériels africains ont également visité la Chine.


Pour réaliser les programmes fixés au cours du sommet sino-africain, une quarantaine de pays du continent africain ont créé des mécanismes de coordination dirigés directement par le chef d’État ou le chef de gouvernement pour collaborer avec leurs homologues chinois.


En juillet 2016, une réunion de coordinateurs sino-africains a eu lieu à Beijing, au cours de laquelle 63 contrats ont été signés, dont le montant a atteint 18,3 milliards de dollars américains.


"La Chine tient sa parole dans le renforcement de la coopération sino-africaine, qui est caractérisée par l’efficacité, l’égalité et la confiance mutuelle", dixit M. Lin.

Une relation sino-africaine inédite

Les sept premiers mois après la clôture du sommet de Johannesburg, la Chine et l’Afrique ont signé 245 accords dans presque tous les domaines, d’un montant atteignant 50,8 milliards de dollars, dont 46,6 milliards de dollars d’investissements directs et de prêts bancaires. Par ailleurs, le Fonds de coopération sino-africaine pour les capacités de production, dont la première tranche compte 10 milliards de dollars, a été établi.

La première tranche de prêts en faveur des PME africaines, dont le montant atteint 5 milliards de dollars, a été décaissée.

Grâce à ces financements, plusieurs projets d’infrastructures ont été réalisés.

Les chemins de fer Djibouti-Ethiopie et Abuja-Kaduna ont été mis en service, et celui reliant Nairobi à Mombassa au Kenya a été inauguré au mois de juin. En outre, le chemin de fer Nairobi-Malaba est également en construction. 


Des ports et aéroports sont également en construction, avec l’aide des sociétés chinoises, en Ethiopie, au Congo et en Guinée-Bissau ; ainsi que des centrales électriques en Ethiopie, au Niger et en République démocratique du Congo (RDC).


"Pour moi, le plus important est que la Chine aide des pays africains, tels que l’Ethiopie, le Congo, la Tanzanie et l’Egypte, à créer des zones industrielles ou économiques spéciales. Cela va donner certainement un nouvel élan à l’économie africaine"

"Pour moi, le plus important est que la Chine aide des pays africains, tels que l’Ethiopie, le Congo, la Tanzanie et l’Egypte, à créer des zones industrielles ou économiques spéciales. Cela va donner certainement un nouvel élan à l’économie africaine" indique avec fierté le responsable du département des affaires africaines, précisant que "9 mécanismes de coopération sino-africaine" ont été créés.


Selon lui, trois tendances se sont peu à peu dégagées de la coopération sino-africaine : elle est de plus en plus stimulée par le marché que par les gouvernements, se développe davantage dans les domaines industriels que commerciaux, et favorise les investissements plutôt que la construction d’infrastructures.


"Ces tendances permettent aux deux parties d’élargir la coopération, et ainsi de donner un nouvel élan au développement de l’Afrique", poursuit-il.

chirelle Amozig
Journaliste