S’il y a bien un personnage qui symbolise à lui seul le grand saut (technologique) de l’Afrique dans le monde du digital, c’est bel et bien…

Vérone Mankou réveille le continent !

Portrait

S’il y a bien un personnage qui symbolise à lui seul le grand saut (technologique) de l’Afrique dans le monde du digital, c’est bel et bien Vérone Mankou. Le président-fondateur de la société congolaise VMK n’a que 28 ans, toute la vie devant lui, et de l’ambition à revendre. De l’ambition mais pas seulement…

Sur un marché mondial qui voit Apple et Samsung se tailler la part du lion, l’Afrique s’est découvert un jeune entrepreneur aux dents longues tout aussi avide de croquer dans le juteux monde du numérique. L’histoire de Vérone Mankou, c’est celle d’un jeune homme un peu fou qui, du haut de ses 23 ans, décide de se lancer en 2009 dans un incroyable projet : produire la première tablette africaine ! Un rêve qui devient réalité deux années plus tard avec la Way-C. Une consécration pour celui qui est titulaire d’un BTS en maintenance et réseaux qui se voit alors décerner le prestigieux Africa Telecom People Award pour la « meilleure initiative privée ». 

Il faut dire que loin de produire une énième réplique low cost de l’iPad, pionnière du genre, la Way-C marque les esprits par sa pertinence et ses performances remarquables. Surtout, avec un prix d’appel à moins de 200 €, celle-ci offre un rapport qualité-prix unique sur le continent. Loin de s’arrêter en si bon chemin, celui qui est également conseiller en charge des TIC au cabinet ministériel des Postes, des télécommunications et des nouvelles technologies enfonce le clou tout juste un an plus tard en lançant Elikia (« Espoir » en lingala), le premier smartphone jamais pensé en Afrique qui partage les chaînes de montage chinoises de l’iPhone du côté de Shenghzen. Là encore avec un positionnement adapté aux bourses africaines.

 

L’Afrique en tête !

Loin de se limiter à ces beaux succès, le natif de Pointe-Noire veut voir plus loin, tout en pensant local. Déjà, avec VMK Market, Vérone Mankou ne manque jamais de valoriser des contenus africains, développés par des Africains pour les Africains ! Dans le même esprit, le jeune homme a décidé de relocaliser une partie de sa production à… Brazzaville. Une tablette ou un smartphone made in Congo ? Ce devrait être une réalité dans les toutes prochaines semaines. Objectif affiché, sortir 350 000 unités chaque mois ! Et car les différentes gammes ne cessent de s’étoffer par de nouveaux produits, des VMK Stores commencent à se multiplier sur tout le continent. Si la capitale congolaise a eu l’honneur de la toute première ouverture, Abidjan a désormais son magasin depuis le 19 février. Kinshasa, Douala et Dakar devraient suivre d’ici la fin de l’année.

Une stratégie de déploiement qui se veut ambitieuse, le groupe VMK entend effectivement s’implanter dans cinq nouveaux pays africains chaque année. Confiance, tel est en définitive le maître-mot de Vérone Mankou lorsqu’il songe à l’avenir. Ainsi, dès septembre 2011, l’entrepreneur en herbe confiait au magazine Le Point : « Quand je regarde l’Afrique, je vois un géant qui était dans un sommeil profond et qui, petit à petit, montre les signes d’un réveil. Celui-ci pourrait se produire dans la prochaine décennie. Et je compte faire tout ce qui est de mon possible pour ce que ce réveil puisse avoir lieu. » Sortir l’Afrique d’un long sommeil ? Une ambition finalement logique pour le patron de Vou Mou Ka  (VMK), qui signifie… « réveillez-vous » en dialecte kikongo !

Rédaction
Journaliste