Le Pr Seydi visage tutélaire de la lutte contre le Covid 19 appelle à la vigilance . S’il confirme une baisse des contaminations et des malades sous traitement, le praticien n’en admet pas moins une virulence de la maladie

Le Pr Moussa Seydi indique une baisse du taux des contaminations mais invite à la prudence

Sénégal : Le point sur la Covid-19

Il est une figure de la lutte contre le Covid-19 dans le monde. Aujourd'hui, le professeur Moussa Seydi, responsable de la prise en charge de tous les malades au Sénégal appelle à la vigilance. S’il confirme une baisse des contaminations et des malades sous traitement, le praticien n’en admet pas moins une virulence de la maladie.

Malgré la baisse considérable des nouvelles contaminations, la Covid-19 continue de faire des victimes au Sénégal. Selon Pr Moussa Seydi, chef de service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Fann, «entre le 2 mars 2020 et le 2 mars 2021, la Covid-19 a tué 888 personnes au Sénégal. Au moment où sur la période de 12 mois en 2019, 260 personnes ont perdu la vie à cause du paludisme et 420 décès en 2020 liés à la tuberculose».

Pour le spécialiste, c’est donc dire que, sur une même période, la Covid-19 a tué trois fois plus que le paludisme et deux fois plus que la tuberculose. Au niveau mondial, les chiffres sont encore plus parlants. À l’heure actuelle, le nouveau coronavirus a touché environ 150 millions de personnes et plus de 3 millions en sont mortes, ajoute-t-il. De son avis, tout ceci montre qu’il faut plus d’attention à cette maladie. Selon lui, l’actualité, aujourd’hui, ce sont les variants. Et le variant britannique circule dans 130 pays dans le monde. Ensuite, il y a le variant sud-africain qui est présent dans plus de 87 pays et enfin le variant brésilien qui a été notifié et suivi dans plus de 57 pays.

Très récemment, il y a eu le variant indien qui n’est pas à l’heure très dominant en Inde sauf dans certaines régions, explique-t-il. 
D’après Pr Seydi, il n’est pas possible au niveau actuel, de dire le nombre de cas et de décès liés au variant britannique.

Concernant les trois premiers variants, il est établi que leur transmissibilité est liée à la souche originale. D’où, selon lui, l’importance de surveiller ces variants partout dans les pays du monde.

«Des complications peuvent être observées et les plus fréquentes ce sont les complications chez les sujets âgés. Et parmi elles, les mieux étudiées sont les complications thrombotiques. C’est pour cette raison que beaucoup d’études ont été menées en vue de déterminer les facteurs de sévérité ou de mortalité de la Covid-19. Ces thromboses peuvent même entrainer des accidents vasculaires cérébraux comme on le constate. Mais, le système nerveux peut être confronté à des complications. Ce qui explique les cas d’encéphalopathies. Des complications digestives ont été également documentées et des cas même de surdité sévère», informe le Pr Seydi.

Il s’exprimait, le vendredi dernier, en marge d’un webinaire organisé par l’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (Ansts) portant sur «Les aspects actuels de la Covid-19». 

Mamadou Mactar Sarr
JRI et correspondant - Sénégal