En Guinée équatoriale, 98 morts au moins et 615 blessés : le bilan s’alourdit, après l’explosion dimanche 7 mars d’un dépôt de munitions à…

Equatorial Guinea

Après les explosions meurtrières, la Guinée équatoriale appelle à l'aide

En Guinée équatoriale, 98 morts au moins et 615 blessés : le bilan s’alourdit, après l’explosion dimanche 7 mars d’un dépôt de munitions à Bata, la capitale économique. Les autorités équato-guinéennes ont font appel à l’aide étrangère.

Teodoro Nguema Obiang Mangue au pied des victimes de l'explosition

Plus de 100 morts, c’est le nouveau bilan donné par l’ambassadeur de Guinée équatoriale en France, Miguel Oyono Ndong Mifumu joint par 54 ÉTATS. Et il est loin d’être définitif. L'explosition du dépôt de munitions de Nkoantoma, le quartier militaire de Bata, a fait des dégâts dans un rayon de 10 kilomètres à la ronde. De nombreux bâtiments de la capitale économique ont été soufflés par la déflagration, y compris des églises, qui étaient très fréquentées dimanche.

C’est toute la ville qui est touchée, témoigne un représentant de la société civile dont la famille vit à Bata. Des enfants sans parents, des parents qui cherchent leurs enfants, des sans-logis. La clinique la plus proche du camp militaire a vu beaucoup de blessés arriver, le corps criblé de morceaux de verre.

Pour faire face, le gouvernement équato-guinéen a mobilisé tous les médecins du pays et enjoint la population à donner son sang. Mais les autorités de Malabo ont besoin d’aide étrangère, reconnaît l’ambassadeur équato-guinéen en France. Il en appelle à l’aide des pays voisins : Congo-Brazzaville, Cameroun, Gabon. Mais aussi à la solidarité de l’Europe. L’Espagne devrait envoyer une aide humanitaire.

Rédaction
Journaliste