Les autorités congolaises tentent de faire la lumière sur les circonstances de l’assassinat de l’ambassadeur d’Italie à 25 kilomètres de…

Congo - Kinshasa

RDC : assassinat de l'ambassadeur italien, l'enquête avance

Les autorités congolaises tentent de faire la lumière sur les circonstances de l’assassinat de l’ambassadeur d’Italie à 25 kilomètres de Goma dans l’attaque d’un convoi du PAM.

Félix Tshisekedi a dépêché dans la ville, son conseiller principal au collège diplomatique pour suivre l’avancement de l’enquête.

Christian Bushiri, a échangé mercredi avec les autorités du Nord-Kivu. Les recherches avancent rassure Carly Nzanzu Kasivita, gouverneur de la province. Affirmant dans la foulée que son pays était ouvert à une enquête inclusive.

"Nous souhaiterions évidemment que la RDC puisse être en même de dire qui a fait quoi sur l'incident de Kibumba. La RDC a d'abord la responsabilité d'enquêter comme pays hôte où les événements se sont produits, mais tout dépendra de la volonté des autres pays, à l’image de l'Italie qui a perdu son ambassadeur. Mais nous sommes un pays qui a des très bonnes relations avec l'Italie tout devra se régler dans un cadre diplomatique. Je ne suis pas enquêteur. Ceux qui ont fait le droit savent que les enquêtes sont d'abord secrètes. Ce n’est donc pas le moment de dire qui a été interpellé. Nous sommes sur toutes les pistes possibles." m'explique Carly Nzanzu Kasivita, Gouverneur du Nord-Kivu.

RDC

Outre Luca Attanasio, l’embuscade de lundi, a coûté aussi la vie à deux autres personnes : l’attaché de sécurité du diplomate et un chauffeur du PAM dont la famille a reçu la visite du conseiller diplomatique du président congolais. Pour lui, des solutions seront apportées à l’insécurité qui règne dans la province.

"Tout en espérant que ce genre d'atrocités n'arrivera plus jamais à d'autres familles, soyez assurés que le chef de l'État lui-même est avec vous et m'a envoyé vous rencontrer pour vous présenter ses condoléances. Il est à vos côtés et le moment venu, il verra dans quelle mesure il viendra à l'Est pour travailler à proximité.", a souligné Christian Bushiri, le Conseiller principal au collège diplomatique du président congolais.

La province du Nord-Kivu où a eu lieu l’attaque est considérée comme l’une des zones les plus dangereuses de RDC, à la lisière du parc national de Virunga. Mais selon des responsables humanitaires, la route sur laquelle circulait le convoi ne nécessitait pas d’escorte.

Enoch David Aluta
Journaliste