Pour le plus grand pèlerinage de la confrérie mouride qui a lieu ce mardi 6 octobre, pas de fête sans distribution de plats à base de bœuf…

Le grand Magal, un pèlerinage de la confrérie mouride

Sénégal : le bétail acheminé pour le Grand Magal

Pour le plus grand pèlerinage de la confrérie mouride qui a lieu ce mardi 6 octobre, pas de fête sans distribution de plats à base de bœuf. Chaque année, ce sont des dizaines de milliers de têtes de bétail qui proviennent du Sénégal et des pays voisins. Cette année les organisateurs et les fidèles ont dû composer avec la fermeture des frontières liées au Covid-19 et au coup d’État du 18 août au Mali.

Touba possède son Magal, sa grande mosquée, ses innombrables fidèles et son Bérndé. Ce mot wolof, désigne les réjouissances, la distribution de plats à tous les disciples mourides venus honorer le fondateur de la confrérie Cheikh Ahmadou Bamba.

Pour cela, quelques 150 000 têtes de bétail cheminent chaque année vers Touba selon les organisateurs. Des bœufs venus de toute la sous-région, notamment du Mali et de Mauritanie. Pour tous ces ruminants, fidèles et marabouts dépenseraient 33 milliards de francs CFA, soit 50 millions d’euros selon Cheikh Abdou Lahad Mbacké, président de la commission de communication du Magal.

Une manne financière

Selon les organisateurs du Magal, grâce à l’influence et l’entregent du khalife général des mourides, qui a des fidèles au-delà des frontières du Sénégal, l’acheminement du bétail a quand même pu se faire sans entrave.

Et pour cause, ce pèlerinage est considéré comme une manne économique très importante au Sénégal. Les organisateurs parlent de 250 milliards de francs CFA mobilisés, soit près de 274 millions d'euros.

 

Ibrahima Gueye
Journaliste