Plus d’une centaine de jihadistes condamnés ou présumés ont été libérés au Mali au cours du week-end dans le cadre de négociations pour la libération de deux otages : le chef de l'opposition Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin, la dernière otage française détenue à travers le monde.

La libération d'une centaine de djihadistes profite à Soumaïla Cissé et à Sophie Pétronin

Région de Tessalit : libération de Soumaïla Cissé, otage depuis le 25 mars dernier

Plus d’une centaine de jihadistes condamnés ou présumés ont été libérés au Mali au cours du week-end dans le cadre de négociations pour la libération de deux otages : le chef de l'opposition Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin, la dernière otage française détenue à travers le monde.

Des libérations d'une telle ampleur sont très rares au Mali.

"Dans le cadre de négociations pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et de Sophie Pétronin, plus d’une centaine de prisonniers jihadistes ont été libérés ce week-end sur le territoire malien", a déclaré à l’AFP un des responsables de la médiation sous le couvert de l'anonymat en raison de la sensibilité de l'affaire.

Un responsable des services de sécurité maliens a confirmé ces informations. Les prisonniers ont été relâchés dans le secteur de Niono (centre) et dans la région de Tessalit (nord) vers où ils ont été acheminés par avion, a-t-il précisé.

Un élu de Tessalit a confirmé anonymement à l’AFP l’arrivée dimanche par avion de "très nombreux prisonniers jihadistes" et leur libération.

Soumaïla Cissé, ancien chef de l'opposition parlementaire et deuxième à trois reprises de l'élection présidentielle, a été kidnappé le 25 mars 2020 alors qu'il était en campagne pour les législatives dans la région de Tombouctou (nord-ouest).

Il s'agissait d'un enlèvement sans précédent d'une personnalité nationale de cette stature, même dans un pays et un contexte sécuritaire où de nombreux rapts ont été perpétrés pour différentes raisons.

Son sort a constitué un des cris de ralliement de la contestation de plusieurs mois contre l'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta, renversé le 18 août.

A défaut de preuve formelle, les soupçons pèsent sur le groupe jihadiste d'Amadou Koufa, actif dans le centre du Mali et affilié à Al-Qaïda.

Sophie Pétronin, humanitaire française, avait été enlevée le 24 décembre 2016 par des hommes armés à Gao (nord du Mali), où elle vivait depuis de longues années et dirigeait une organisation d'aide à l'enfance.

La dernière vidéo où elle apparaissait avait été reçue mi-juin 2018. Elle y semblait très fatiguée, le visage émacié, et en appelait au président français Emmanuel Macron. Dans une autre vidéo en novembre 2018, où elle ne figurait pas, ses ravisseurs affirmaient que son état de santé s'était dégradé.

 

Rédaction
Journaliste