Michel Am-Nondokro Djotodia, ancien président de la transition a été reçu ce jour, lundi 7 septembre par le président sortant et candidat à l'élection présidentielle du 27 décembre, Faustin Archange Touadéra (FAT). Michel Am-Nondokro Djotodia a exprimé au cours de cette rencontre, son entière disponibilité à œuvrer pour la consolidation de la paix en République Centrafricaine. Plus qu'une alliance politique qui se profile entre les deux hommes, voilà là une belle manière d'éviter un risque de Cour pénale internationale (CPI), dans le cas où une figure forte de l'opposition remporterait cette élection. Analyse.

Après 6 ans d'exil au Bénin, Michel Djotodia est de retour à Bangui

RCA : Une alliance politique en cours entre Michel Am-Nondokro Djotodia et Faustin Archange Touadéra ?

Michel Am-Nondokro Djotodia, ancien président de la transition a été reçu ce jour, lundi 7 septembre par le président sortant et candidat à l'élection présidentielle du 27 décembre, Faustin Archange Touadéra (FAT). Michel Am-Nondokro Djotodia a exprimé au cours de cette rencontre, son entière disponibilité à œuvrer pour la consolidation de la paix en République centrafricaine. Plus qu'une alliance politique qui se profile entre les deux hommes, voilà là une belle manière d'éviter un risque de Cour pénale internationale (CPI), dans le cas où une figure forte de l'opposition remporterait cette élection. Analyse.

L'ex-président centrafricain Michel Djotodia est de retour à Bangui depuis samedi 7 septembre, après-midi. Exilé au Bénin depuis 2014 et sa chute du pouvoir, il était revenu une première fois en janvier, pour à peine 48h00.

Audience avec le président Touadéra, la première d'une longue série

Michel Am-Nondokro Djotodia a rencontré le président Touadéra et doit rencontrer d'autres personnalités politiques, telles que "le président de l’Assemblée nationale, les anciens présidents, les ex-Premiers ministres, toutes les ambassades" comme il l'affirmait avant-hier, au micro de notre confrère de RFI.

Un homme qui réclame la paix et ... 

"Ce qui est essentiel pour moi, c’est la paix, a-t-il expliqué. Je suis venu d’abord pour cela, pour aider par tous les moyens les autorités, la communauté internationale, à consolider la paix en République centrafricaine."  

FAT et Djotodia

...Une loi d'amnistie ?

Un beau discours mais le contenu de l'audience de ce jour avec le président Touadéra est révélateur.

Difficile de croire que Michel Djotodia est venu par politesse proposer son appui à celui que la sphère politique surnomme "FAT". S'il est prêt à battre campagne pour le président sortant, notamment dans les régions frontalières avec le Tchad et le Soudan, ce n'est qu'à la condition sine qua non d'obtenir de solides garanties.

Au minimum, l'assurance d'avoir un poste, en échange du soutien politique qu'il consent à offrir au président sortant dans le cadre des prochaines éléctions à venir.

Et surtout, la peur d'un jugement à la CPI flottant comme une épée de Damoclès au-dessus de sa tête, il espère bien bénéficier d'une amnisitie, afin de suspendre toutes les sanctions pénales pendantes (peines de prison et amendes). Si c'est un candidat de l'opposition qui remporte l'élection comme Jean-Serge Bokassa ou encore Anicet-George Dologuélé, il y a fort à parier que Michel Djotodia sera livré à la CPI.  

Pour l'heure, Djotodia laisse planer un doute quant à sa possible candidature. Certainement le temps d'une réflexion, côté Touadéra. Par ailleurs, l’ancien président centrafricain, ayant quitté le pays en 2014 pour s'établir au Bénin, jouit-il toujours de la même popularité ? Une seule certitude, l'ancien chef d'Etat Centrafricain, cette fois-ci ne s'envolera pas dans 48h00. Il ne souhaite plus quitter son pays. 

Mahamat Kamoun, l'un des "facteurs risque" de Touadéra

Dans cette course à la présidentielle, l'ancien Premier ministre Mahamat Kamoun (10 août 2014 au 2 avril 2016), sous la transition de Catherine Samba-Panza, et ancien directeur de cabinet de Michel Djotodia est également un facteur risque pour FAT. 

MAP

Mahamat Kamoun est désormais à la tête de son propre mouvement politique. Et d'après nos sources, il réalise une campagne de fond au Nord-Est de la République centrafricaine, dans deux des 16 préfectures du pays, la Vakaga et la Bamingui-Bangoran. Si Michel Djotodia confirme une alliance avec Touadéra, il aura ainsi, la lourde tâche de renverser la vapeur en assurant un maximum de voix à la faveur de Touadéra.

Gaëtan Kongo
Spécialiste des questions politiques en RCA