Les chefs d‘État de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest se réunissent ce lundi 7 septembre à Niamey. La rencontre sera consacrée à la situation politique et sécuritaire de la région. Le Mali, en partie sous embargo, est le sujet brûlant de ce sommet. La Cédéao l'a suspendu de toutes les instances de l’organisation sous-régionale depuis le coup d’Etat du 18 août.

Les présidents de la Cédéao seront-ils pour ou contre le maintien de l'embargo au Mali ?

Cédéao : Un 57e sommet à Niamey sur la situation politique et sécuritaire de la région

Les chefs d‘État de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest se réunissent ce lundi 7 septembre à Niamey. La rencontre sera consacrée à la situation politique et sécuritaire de la région. Le Mali, en partie sous embargo, est le sujet brûlant de ce sommet. La Cédéao l'a suspendu de toutes les instances de l’organisation sous-régionale depuis le coup d’Etat du 18 août.

"Nous voulons aider le peuple frère du Mali, et non l’asphyxier », explique un responsable de l’instance dirigeante de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest. A Niamey à partir de ce lundi les chefs d’Etat des pays membres de la Cédeao vont prendre acte du départ de l'ancien président IBK, actuellement aux Emirats arabes Unies pour des soins médicaux. 

La tenue des concertations nationales dont le premier round vient de se terminer sur le territoire malien, est également considéré comme un geste de bonne volonté de la junte. Le président ivoirien Allassane Ouattara a eu ce week-end un entretien téléphonique avec le chef de la junte le colonel Assimi Goïta. La transition a été notamment évoquée par les deux hommes.

Pour ou contre le maintien de l'embargo au Mali ?

Maintenir, alléger ou durcir l'embargo au Mali, une décision que seuls les présidents africains de la Cédeao pourraient prendre. L’embargo sur les flux financiers pourrait être allégé. Mais si la position de la Cédéao doit radicalement changer, il faut « que la junte accepte une transition de pas plus de 12 mois, un président et un Premier ministre de transition civile », explique une source au sein de la Cédéao. Une délégation de la Cédéao pourrait revenir sous peu à Bamako.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction