Le ministre tunisien de la défense a annoncé l’ouverture d’une enquête après les déclarations du porte-parole de l’armée libyenne selon…

Le Qatar agit-il à partir de la Tunisie ?

Financement du terrorisme

Le ministre tunisien de la défense a annoncé l’ouverture d’une enquête après les déclarations du porte-parole de l’armée libyenne selon lesquelles  des Tunisiens ont été soudoyés dans le cadre d’une opération de financement du terrorisme. Et un député soutient qu’il s’agit d’ « une goutte dans la mer ».

Un colonel qatari du nom de Salem Ali Jarboui, du reste attaché militaire de l’État du Qatar au Maghreb, aurait  soudoyé des Tunisiens dans le cadre d’une opération de financement du terrorisme.  

Cet officier supérieur qatari aurait, selon Ahmed Mesmari, le porte-parole de l’armée libyenne, qui a organisé, le 7 juin 2017, une conférence de presse, pour faire des révélations sur l’implication du Qatar dans le terrorisme, Salem jarboui aurait « transféré la somme de 8 milliards de dollars vers l’agence de la Banque de l’Habitat (BH) à Tataouine. Cet argent est transféré, par la suite, vers la Libye et plusieurs autres pays ».

Des déclarations qui ont suscité des réactions en Tunisie où le ministre de la défense, Farhat Horchani, a annoncé, le 9 juin 2017, l’ouverture d’une enquête pour vérifier le bien-fondé des déclarations du responsable militaire libyen.

Transfert d’une importante somme en devise via l’agence de la BH de Tataouine 

Notre confrère tunisien Kapitalis, un journal en ligne, affirmait, la veille, qu’ « une source de la direction de la BH, une bancaire publique spécialisée dans les crédits à l’habitat, le transfert d’une importante somme en devise via son agence de Tataouine » en ajoutant que la Banque Centrale de Tunisie (BCT) a « été immédiatement informée ».

Interrogé par notre confrère, Mongi Rahoui, député de gauche de l’Assemblé des Représentants du peuple (ARP), et président de la Commission des finances de cette Assemblée, a estimé que ce transfert est « une goutte dans la mer », rappelant que « plusieurs associations caritatives et coraniques, autorisées par la «Troïka », la coalition gouvernementale conduite par le parti islamiste Ennahdha, entre 2011 et 2013, étaient des association écrans pour faire entrer de l’argent étranger au profit de certains partis, diffuser l’extrémisme religieux, convertir les jeunes au jihadisme et financer les groupes terroristes ».

Dans la liste noire des 12 institutions  liées à des activités terroristes  publiées, le 9 juin 2017, par l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, l’Egype et le Bahreïn se trouve la fondation « Qatar Al khairya ».

« Ouvrir une enquête sur les sources du financement de l’association Tunisia Charity »

Une association dite caritative qui a signé du temps de la « Troïka », en 2013, des conventions  portant sur la somme de 15 millions de dinars avec le ministère tunisien de l’agriculture. Comme elle a financé des logements sociaux dont les clés ont été remis au cours de la même année à des démunis. Qatar Charity aurait des liens très étroits avec Tunisia Charity. En effet, certains affirment que cette dernière est une filiale de Qatar Charity.

Le député Walid Jalled a appelé, le 9 juin 2017, dans sa page Facebook,  le juge d’instruction relavant du tribunal de première instance de Tunis et le pôle judiciaire financier à « ouvrir une enquête sur les sources du financement de l’association Tunisia Charity ».

C’est dire que la question du financement du terrorisme par le Qatar n’est peut-être pas prête de s’arrêter.

Mohamed Gontara
Journaliste - Correspondant en Tunisie