Mali : sous pression, le gouvernement tente de calmer le jeu

Partis et associations politiques, ainsi qu’organisations de la société civile se sont réunis vendredi autour de l’influent imam Mahmoud Dicko pour demander la démission du président malien, Ibrahim Boubacar Keita (IBK), et dénoncer la mauvaise gouvernance. Depuis, les organisateurs de la manifestation ont décidé de mettre sous pression le gouvernement, tout en acceptant le dialogue. Vendredi 12 juin, une seconde manifestation est programmée par ce mouvement contestataire.

Rédaction
Journaliste