Jeudi 4 juin, la ministre d'État en charge de l'emploi, travail et prévoyance sociale, Néné ILUNGA NKULU a répondu à l'invitation de la commission socioculturelle de l'Assemblée nationale. Les élus du peuple voulaient être fixés sur les dispositions prises par le gouvernement à travers son ministère de l'Emploi,Travail et Prévoyance Sociale pour protéger les emplois et les rémunérations en RDC pendant et après la covid19 qui sème bcp des dégâts en détruisant des millions d'emplois à travers l'Afrique et le monde.

Congo - Kinshasa

RDC : Néné Nkulu attendue à l'Assemblée nationale pour répondre aux questions liées à l'Emploi menacé par la Covid-19

Jeudi 4 juin, la ministre d'État en charge de l'emploi, travail et prévoyance sociale, Néné ILUNGA NKULU a répondu à l'invitation de la commission socioculturelle de l'Assemblée nationale. Les élus du peuple voulaient être fixés sur les dispositions prises par le gouvernement à travers son ministère de l'Emploi,Travail et Prévoyance Sociale pour protéger les emplois et les rémunérations en RDC pendant et après la covid19 qui sème bcp des dégâts en détruisant des millions d'emplois à travers l'Afrique et le monde.

Les députés voulaient connaître la politique du gouvernement en matière de préparation professionnelle, spécialement sur la prise en  charge et l'orientation des jeunes diplômés versés chaque année sur le marché.

La caisse nationale de Sécurité Sociale n'a pas échappé aux questions posées par les députés sur son fonctionnement et surtout sur la  donation de 1 million de dollars faite en faveur du Fonds national  de solidarité contre la COVID-19. 

Plusieurs autres questions se situant dans le secteur de l'Inspection  générale du travail lui ont été posées dans le but non seulement d'avoir des réponses mais aussi l'accompagner par des recommandations pratiques liées au contexte congolais.

Plusieurs d'entre les députés ont démontré que le gouvernement ne peut à lui seul créer des milliers d'emplois. il doit plutôt stimuler le secteur privé formel ou informel qui est capable de donner du travail aux jeunes issus des universités congolaises. Et comme d'habitude, la problématique de l'exercice du petit commerce exercé par les étrangers est revenu plus d'une fois.

Pour sa part, la ministre d'État en charge de l'emploi et prévoyance sociale a tout noté et revient lundi avec des réponses bien fouillées pour rencontrer les préoccupations des députés.

Beni Kinkela
Journaliste et correspondant en RDC