En Côte d'Ivoire, une dizaine de ressortissants maliens sont depuis deux ans et demi en prison. Ils sont soupçonnés d'être liés à l'attentat de Grand-Bassam, qui avait fait 19 morts et 33 blessés en mars 2016. Face à ces incarcérations sans jugement, plusieurs familles tentent d'alerter les autorités ivoiriennes et maliennes.

Côte d'Ivoire : le cas de Maliens incarcérés sans jugement préoccupe le consulat

Côte d'Ivoire

En Côte d'Ivoire, une dizaine de ressortissants maliens sont depuis deux ans et demi en prison. Ils sont soupçonnés d'être liés à l'attentat de Grand-Bassam, qui avait fait 19 morts et 33 blessés en mars 2016. Face à ces incarcérations sans jugement, plusieurs familles tentent d'alerter les autorités ivoiriennes et maliennes.

Avec force détails, le consul du Mali en Côte d'Ivoire décrit de quelle manière une cellule de suivi a été créée pour rendre visite aux ressortissants maliens qui ont été interpellés et incarcérés au lendemain de l'attentat de Grand Bassam.

Une visite en octobre 2017, puis en décembre, pour venir en aide aux présumés terroristes. Mais depuis, c'est le silence quand les familles ou la représentation diplomatique malienne demandent à Abidjan combien de temps leurs compatriotes vont encore être incarcérés sans jugement.

On nous dit toujours que les enquêtes suivent leurs cours. C’est la réponse qu’on nous donne. Et face à ça, nous ne pouvons rien, parce que ça relève du domaine de la justice, explique Missa Traore, consul du Mali en Côte d’Ivoire. C’est la justice qui sait comment faire ces enquêtes et si elle estime que les enquêtes ne sont pas finies, nous sommes obligés de les suivre. Ce que nous pouvons demander, c’est de dire à nos confrères ivoiriens d’accélérer un peu la procédure pour que les gens soient situés sur leur sort respectif

Une procédure longue de plus de deux ans et à laquelle la justice ivoirienne ne semble pas pressée de donner un coup d'accélérateur. Pas plus qu’elle ne semble pressée de répondre à la presse quand on l'interroge au sujet de cette dizaine de Maliens incarcérés.

Rédaction
Journaliste