Adama Sira Camara, à peine 25 ans, sur sa moto de 900 cm3 escorte depuis cinq ans de hautes personnalités à l'occasion de visites officielles ou de grands évènements. Elle est l'une des 60 filles du même âge qui composent le peloton de filles motocyclistes de la gendarmerie routière guinéenne.

Adama Sira Camara, une gendarme de la route en Guinée

Femmes aux "métiers d'hommes"

Adama Sira Camara, à peine 25 ans, sur sa moto de 900 cm3 escorte depuis cinq ans de hautes personnalités à l'occasion de visites officielles ou de grands évènements. Elle est l'une des 60 filles du même âge qui composent le peloton de filles motocyclistes de la gendarmerie routière guinéenne.

Adama Sira dans la circulation de Conakry 

C'est une passionnée de la moto. Après avoir exercé le métier de mécanicienne pendant un bon moment, elle rentre dans la carrière de gendarme à travers un test de recrutement, passe le concours et se retrouve à l'école de gendarmerie pour une année de stage. Pendant cette période, elle a appris à piloter trois types de motos. D'abord celles appelées "excellentes" ensuite les "125" puis les 900. Un autre test organisé, Adama Sira est parmi les dix premiers qui seront affectés à la section motard du Haut commandement de la gendarmerie guinéenne.

Toute petite déjà, je voulais être gendarme. Gendarme motocycliste, c’est venu un peu plus tard. 

Sa première mission aura été d'escorter la Première dame de la république de Guinée à travers la ville de Conakry à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes en 2013. Et depuis, elle a parcouru toutes ou presque les routes de l'intérieur.

Elle dit n'avoir pas eu de problème d'intégration au sein d'une équipe majoritairement masculine  "Fille certes, mais surtout gendarme motocycliste." Précise la jeune fille qui trouve, là, l’occasion de mêler une passion et une activité professionnelle.

Mais surtout que l’on ne s’y trompe pas, le sourire n’enlève rien à sa détermination,

"Ma mission est d'escorter les hautes personnalités, faciliter leur déplacement à travers la ville surtout dégager les routes s'il y a des embouteillages. Et là, gendarme motocycliste au masculin ou au féminin, cela ne change rien… " martèle-t-elle sur un ton ferme.

Tout même, Adama Sira apprécie les regards admiratifs des gens, attirés à la fois par le joli sourire et par l’impressionnante Yamaha 900cm3. Sur cet engin, elle parcours les routes défoncées de la Guinée pour des missions à l'intérieur du pays, dont les plus intenses se souvient-elle, ont été pendant la crise d'Ebola.

Adama Sira  
Lorsqu'elle n'est pas sur sa moto de service, c’est encore une moto Meilun que Adama Sira Camara, chevauche pour ses courses en ville et même pour ses déplacements dans d’autres villes du pays.

"Parmi mes proches, certains se moquent de moi pour avoir choisi ce métier et d'autres sont plutôt inquiets Mon père est plutôt fier."

Asmaou Barry
Journaliste correspondante à Conakry